Commentaires récents

Articles récents

master 229 dauphine

Le Master 229 de Dauphine

21 août 2022 No Comments

Après les Masters 225 et 203 de Dauphine, on se penche sur le Master 229 avec l’interview de deux étudiants et d’un alumni. Excellente lecture !

Salut et merci d’avoir accepté l’interview ! Quel est ton parcours ?

Etudiante : Après un baccalauréat scientifique, j’ai décidé de faire médecine avant de rejoindre Dauphine en licence suivi du Master 1 Finance. Après une année de césure en tant qu’analyste financier à la Banque de France et un stage dans un cabinet d’audit, j’ai décidé de rejoindre le Master 229. J’ai réalisé mon stage durant le Master dans un cabinet d’audit qui m’a fait une proposition de CDI.

Etudiant : Je suis également rentré à Dauphine après un baccalauréat scientifique. Après la licence, j’ai rejoint le Master 1 Contrôle – Audit – Reporting Financier. A la base, j’étais plutôt intéressé par les fonctions de contrôle et de risque. J’ai réalisé une partie de ma césure dans le service de gestion des risques d’une grande banque d’affaires parisienne. J’étais à côté du département M&A. A mesure que les semaines passaient, je me suis rendu compte que j’étais plus intéressé par les problématiques transactionnelles que par les métiers de contrôle. J’ai donc réalisé mon stage pendant le Master 229 dans un Big 4 en audit. Je vais commencer en Transaction Services dans le même cabinet en CDI à la rentrée.

Alumni : Merci pour l’invitation ! J’ai un parcours atypique. Après un baccalauréat STG, j’ai poursuivi avec un BTS Comptabilité. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que je ne souhaitais pas exercer un métier en lien uniquement avec la comptabilité. J’ai donc directement intégré une deuxième année de licence d’économie à l’université avant de rejoindre un IAE en troisième année de licence. L’IAE était très tourné vers international et avait noué des partenariats avec des universités étrangères réputées. J’ai eu l’opportunité de faire un échange afin d’effectuer mon M1 dans l’une d’elles.

J’ai poursuivi mes études par une année de césure en effectuant deux stages : le premier dans un grand groupe agroalimentaire en contrôle de gestion puis le second dans un grand cabinet d’audit à Grenoble avant de rejoindre le Master 229 de Dauphine. J’ai visé cette formation pour plusieurs raisons. Je voulais intégrer une formation exigeante me permettant d’acquérir un solide bagage technique en finance. Je souhaitais également exercer un métier pointu offrant des débouchés variés après quelques années. Je me suis donc renseigné et d’après les retours que j’ai eus, le Master 229 de Dauphine remplissait tous ces critères.

Une fois admis au Master 229 de Dauphine, tous les grands cabinets d’audit m’ont déroulé le tapis rouge ! (Rires) Plus sérieusement, la réputation de la formation et le niveau des enseignements m’ont permis d’avoir plusieurs offres de stage, alors qu’il était difficile d’avoir des entretiens avant. J’ai donc réalisé mon stage dans un grand cabinet d’audit à Paris. J’ai eu l’opportunité de travailler à la fois sur des missions d’audit et des missions de conseil comptable aux introductions en Bourse. J’ai ensuite travaillé plus de deux ans dans cette équipe, avant de rejoindre un des leaders du Transaction Services, toujours à Paris. En parallèle de l’expérience professionnelle, j’ai obtenu le Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion, ou DSCG et je suis actuellement mémorialiste au Diplôme d’Expertise Comptable (en fin de 3ème année).

La candidature au Master 229 de Dauphine

Peut-on intégrer directement le Master 229 de Dauphine à la suite d’un Master 1 dans une autre université ?

Etudiant : Le parcours classique est de rejoindre le Master 1 Finance de Dauphine, d’effectuer éventuellement une année de césure avec un ou deux stages avant d’intégrer le Master 229. Vous optimisez ainsi vos chances d’admission, même s’il est tout à fait possible d’intégrer la formation en venant d’une autre université.

Alumni : De mémoire, le dossier de candidature était identique, que l’on vienne d’une autre université ou de Dauphine. Il fallait présenter un mémoire d’une dizaine de pages et fournir son CV ainsi qu’une lettre de motivation. Si on est admissible, on passe un entretien.

Comment se déroule l’entretien ?

Etudiant : A cause de la pandémie, les entretiens se sont déroulés à distance. Nous étions face à deux responsables de la formation pendant vingt-cinq minutes.

Etudiante : Je n’ai pas eu d’entretien car la formation était en première position sur ma liste de vœu, j’avais des notes suffisamment bonnes et je venais du Master 1 Finance de Dauphine.

Alumni : Tu as raté une expérience mémorable ! (Rires) J’en ai un souvenir terrible, l’entretien à deux en particulier ! (Rires). C’est extrêmement technique et vous passez en même temps qu’un autre candidat, ce qui est assez intimidant. Cela permet au jury de voir comment on interagit avec l’autre candidat, si l’on joue la carte de la coopération ou si au contraire, on préfère se mettre en avant.  L’entretien est également plus dynamique car un candidat peut prendre la parole si l’autre ne connaît pas la réponse. Il permet également au jury d’examiner la capacité du candidat à comprendre ce qu’il a fait pendant les stages et les notions abordées.

Etudiant : Il y aussi des questions de motivation. On m’a, par exemple, demandé de quelle manière la formation allait s’inscrire dans mon projet professionnel. Il faut donc avoir au moins une ébauche de projet professionnel en adéquation avec ce que propose le Master 229. J’avais expliqué au jury que mon objectif était de commencer ma carrière en Transaction Services et que si je n’y parvenais pas, je débuterais à minima en audit avant de rejoindre une équipe de Transaction Services.

Faut-il fournir des lettres de recommandation ? 

Etudiant : Il est recommandé d’en joindre une même si ce n’est pas obligatoire. N’hésitez pas à fournir une lettre de recommandation d’un ancien alumni. C’est toujours bien vu, tout comme une lettre de recommandation d’une personne travaillant dans un Big 4.

Y a-t-il un test de gestion, type GMAT ou TAGE-MAGE ?

Etudiante : Non, il n’est pas nécessaire de passer un test de gestion.

Quelle est la proportion d’étudiants venant de Dauphine et d’externes ?

Alumni : A mon époque, la moitié des étudiants venait de Dauphine, l’autre moitié d’autres formations. Parmi les Dauphinois, la majorité venait du Master 1 Finance.

Etudiante : Notre promotion est composée d’environ 70 % d’étudiants venant de Dauphine.

La promotion du Master 229 de Dauphine

Vers quels métiers s’orientent généralement les étudiants du Master ?

Etudiant : Les étudiants s’orientent majoritairement vers l’audit, le Transaction Services ou les services d’évaluation. Ce ne sont toutefois pas les seuls débouchés. Certains de ma promotion travaillent en M&A ou en Private Equity. Une étudiante s’est orientée vers l’ESG et a signé un CDI en tant qu’Analyste ESG dans un fonds. Un autre étudiant, intéressé par le secteur de la Big Data, a reçu des offres pour rejoindre les départements de Data Analysis chez les Big 4.

Quels sont les principaux événements organisés au cours de l’année ?

Alumni : Différents pôles sont formés au sein de l’association du Master. Certains étudiants vont gérer les relations avec les alumni tandis que d’autres auront la charge d’animer la vie de la promotion. Nous avions, par exemple, organisé un voyage à Londres pour rencontrer l’IASB, l’organisme en charge des normes IFRS, ainsi que des professionnels des Big 4 ou du Transaction Services. Nous avions également organisé un cocktail dinatoire réunissant les anciens du Master 229 ainsi que les étudiants et les jeunes diplômés. Il y avait un véritable choc des générations, certains étant encore étudiants alors que d’autres étaient déjà à la retraite ! (Rires) C’est également cette cohésion qui fait la force du Master.

Etudiant : En dehors des événements professionnels, nous mettons un point d’honneur à instaurer une bonne ambiance au sein de la promotion. Nous organisons, par exemple, régulièrement des afterworks. Le week-end d’intégration de la rentrée permet aux étudiants de rencontrer leurs camarades ainsi que les étudiants de l’ancienne promotion. Un autre week-end vient conclure le Master à la fin de l’année.

Comment décririez-vous le réseau des anciens du Master 229 ?

Etudiant : Le réseau alumni est une des forces de notre Master. J’avais contacté beaucoup d’anciens étudiants pour me renseigner sur les différents métiers possibles. Ils n’ont pas hésité à me parler de leur quotidien et m’ont prodigué des conseils pour préparer au mieux les entretiens. Ils sont bienveillants et prêts à aider, quel que soient nos parcours et les métiers que l’on vise.

Alumni : En plus de ça, la formation et ses étudiants sont réputés sur la place parisienne. Nous sommes extrêmement bien préparés au monde des Big 4 et aux missions qui nous attendent. Les professionnels n’hésitent donc pas à recruter des étudiants issus du Master 229.

Etudiante : Chaque année, nous formons des paires parrains-marraines / filleuls pour la relecture des CV avant envoi aux cabinets pour le stage de janvier. Ça renforce également la cohésion entre la promotion actuelle et la précédente !

Comment trouvez-vous l’ambiance au sein de la promotion ?

Etudiante : Il y a une vraie cohésion, on s’entraide pour les cours et les examens. Tout se passe bien.

Etudiant : L’ambiance est cool. C’est la dernière année d’études, il n’y a pas de sélection après. Les étudiants sont là pour apprendre et profiter de leur dernière année d’insouciance ! (Rires)

Les cours

Comment sont organisés les cours ?

Etudiant : L’année est organisée en deux semestres. Le premier comporte une dizaine de cours et est assez intense. Certains sont théoriques, comme ceux traitant de la finance de marché et d’entreprise, alors que d’autres sont plus tournés vers les métiers que l’on peut exercer à la sortie du Master.

Le stage du Master 229 est particulier car il se déroule de janvier à avril. Les partenariats entre le Master et les grands cabinets permettent d’en trouver facilement. Il n’y a pas de vacances au retour du stage, nous commençons directement le second semestre.

Les cours du second semestre sont tournés vers la compréhension et l’apprentissage d’un métier. Nous avons, par exemple, des cours liés aux Due Diligences, au Transaction Services ou encore à l’évaluation financière.

Alumni : En résumé, le premier semestre te donne les bases nécessaires pour réussir ton stage. Les cours du second semestre sont plus concrets et sont, en quelque sorte, la continuité de ton stage.

Quelles matières vous ont marqué ?

Etudiant : J’ai beaucoup aimé le cours intitulé « Applied Corporate Finance », enseigné par un ancien du Master et travaillant actuellement dans un Big 4, accompagné par un alumni du Master 225. Grâce à ce cours, nous avons appris à réaliser une Vendor Due Diligence ainsi qu’une Buyer Due Diligence. C’est un atout considérable avant d’entrer dans le monde du travail.

J’ai également adoré le cours « Due Diligence d’Acquisition », enseigné par un ancien du Master et actuellement Directeur Financier d’un grand groupe audiovisuel. Il nous partageait son expérience et n’a pas hésité à inviter d’autres professionnels, comme un Managing Director d’une banque d’affaires parisienne ou encore un avocat fiscaliste. Le cours « Financing Advisory » m’avait également passionné. L’enseignant, un Partner d’un grand cabinet, aborde les levées de fonds, la restructuration ou encore la gestion de la dette. C’était incroyable.

Etudiante : J’ai préféré les cours du premier semestre car ils formaient très bien pour le stage. Je pense notamment à ceux qui portaient sur l’évaluation d’actifs & passifs sous IFRS, ou bien de méthodologie d’audit externe. Cela nous a permis à la fois de réussir les entretiens, de briller pendant le stage et d’obtenir un CDI.

Un mot sur les enseignants ?

Etudiante : Au premier semestre, seuls deux enseignants venaient du monde de la recherche, tous les autres étaient des professionnels. Au second semestre, tous les enseignants sont des professionnels, même s’ils ne viennent pas tous forcément de l’univers des Big 4. Nous avions, par exemple, un consultant d’un cabinet d’intelligence économique à Londres.

Comment trouvez-vous le rythme des cours ?

Etudiant : La formation est intense et nécessite un investissement personnel conséquent. Toutefois, le jeu en vaut la chandelle. Les recruteurs se demandent d’où l’on sort lorsque l’on peut parler d’évaluation d’actifs avec des Managers en Big 4 ! (Rires) Plus sérieusement, ne prenez pas les cours à la légère, c’est grâce à eux que vous pourrez vous démarquer en stage et décrocher un CDI.

Les examens sont différents selon le semestre. Les examens du premier semestre sont classiques. Ce sont des devoirs sur table, comme dans la plupart des formations universitaires. Le second semestre comporte surtout des travaux de groupe à présenter, comme des Vendor Due Diligences à réaliser à plusieurs.

Alumni : Effectivement, la charge de travail est conséquente mais elle diminue au fur et à mesure des semaines. Les cours sont liés et les théories et notions apprises dans un cours vont pouvoir être utilisées dans un autre. Il y a un effet boule de neige.

Etudiante : En plus des examens, il y a un mémoire à rendre à la fin du second semestre. Le sujet est libre mais doit être en lien avec la gestion d’entreprise. Le mémoire peut être présenté pour le DSCG.

Justement, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le DSCG ?

Etudiant : Plusieurs de nos alumni profitent de leurs années en Big 4 après le diplôme, qu’ils soient en Audit ou en Deals, pour passer le DSCG et réaliser leur stage de 3 ans d’Expertise Comptable (le DEC) dans la foulée. Il y a en tout sept UE à valider. En tant qu’étudiant en Master de Finance en France, on peut être dispensé de présenter le mémoire et les UE « Anglais des Affaires » et « Finance ». Les étudiants en Master Comptabilité, Contrôle et Audit (CCA) profitent de leur côté de dispenses supplémentaires pour les UE « Management et Contrôle de Gestion » et « Management des Systèmes d’Information ».

Alumni : A mes yeux, la stratégie idéale pour un étudiant du Master 229 est de ne pas demander toutes les dispenses. Si vous demandez une dispense, vous aurez automatiquement la note de dix sur vingt. Ce n’est pas forcément une bonne idée car vous pouvez obtenir d’excellentes notes dans ces matières. En effet, les matières du Mater 229 de Dauphine se recoupent avec la plupart des UE du DSCG. Cela vous permettra ainsi de compenser les notes des deux UE considérées comme les plus difficiles, à savoir « Comptabilité et Audit » et « Gestion Juridique, Fiscale et Sociale ».

Le mot de la fin : comment trouvez-vous la formation ?

Etudiante : C’était mon premier choix et je ne suis pas déçue ! La formation est concrète et nous oriente vers des métiers spécifiques. La visite des cabinets et la semaine d’entretiens en début d’année témoigne de la forte connexion du Master avec les cabinets. C’est génial.

Etudiant : J’en suis très satisfait. C’était une année très riche, aussi bien sur le plan des connaissances qu’humainement. Le Master débouche sur des métiers permettant par la suite de vous construire une carrière sur mesure.

Alumni : C’est l’année durant laquelle j’ai le plus appris. On est très bien formés et je recommande cette formation à toutes les personnes souhaitant acquérir des bases solides en comptabilité et finance. Comme on me l’a dit un jour, un financier ne peut pas être comptable alors qu’un comptable peut devenir financier. En effet, avec toutes les bases acquises au cours des stages et de la formation, nous pouvons aller ensuite vers beaucoup de métiers différents en finance.

Merci pour vos témoignages !

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos

A propos

Le Petit Analyste

Bienvenue sur le site du Petit Analyste. Interviews de professionnels de la finance, présentations de formations ou encore conseils pour les Summer Internships, tout ce qu'il faut savoir pour réussir sa carrière en finance.

Les Réseaux Sociaux

×