Commentaires récents

Articles récents

master 225 dauphine

Le Master 225 de Dauphine

6 juin 2021 No Comments

Après le Master 203, on vous présente le Master 225 de Dauphine. Excellente lecture !

Salut et merci d’avoir accepté l’interview ! Quel est ton parcours ?

Après un baccalauréat scientifique, j’ai intégré Dauphine en licence économie – gestion. J’ai ensuite fait mon Master 1, toujours à Dauphine, suivi d’une année de césure durant laquelle j’ai effectué un stage en M&A et un stage en Private Equity. Je suis maintenant dans le Master 225 de Dauphine.

La candidature au Master 225 de Dauphine

Quelles sont les différences entre le Master 225 et les autres formations en finance de Dauphine ?

Le Master 225 forme aux métiers de la banque d’affaires, notamment le M&A, ainsi qu’au Transaction Services. En dehors du Master 225, les formations les plus connues sont le Master 224 (Banque & Finance) et le Master 270 (Management Financier de l’Entreprise).

Comme son nom l’indique, le Master 224 est plus orienté vers le secteur de la banque, et notamment tout ce qui touche aux fintechs et aux innovations dans le monde bancaire. Le Master 270 aborde des sujets plus opérationnels, en lien avec la gestion financière quotidienne d’une entreprise.

Peut-on intégrer directement le Master 225 de Dauphine à la suite d’un Master 1 dans une autre université ?

Du Master 1 au Master 225

Il faut savoir que le Master 1 à Dauphine est commun à tous les étudiants en finance. La sélection pour le Master 225 se fait au cours du mois de janvier de ton année de césure. Le jury regarde tes notes de Master 1, tes expériences professionnelles et extra-professionnelles ainsi que ton projet professionnel. Il faut également rédiger un mémoire. Le dossier d’admission est similaire pour intégrer le Master 225 directement lorsque l’on vient de l’extérieur.

Je n’ai pas passé l’entretien pour intégrer le Master 1 car je venais de la licence de Dauphine. De ce que j’ai entendu, les questions sont en rapport avec ta formation d’origine. Les questions sont également théoriques et très loin de ce qu’on peut demander pour un entretien en M&A ou en Transaction Services. Vous pouvez par exemple être amené à parler de la théorie de l’efficience d’Eugène Fama.

Statistiques

Pour te donner un ordre de grandeur, sur une promotion de quarante étudiants, environ trente-cinq ont fait le Master 1 en finance à Dauphine, trois ou quatre ont fait le Master 1 en économie, toujours à Dauphine, et un ou deux étudiants viennent d’une autre université ou école. Les chances d’intégrer directement le Master 225 sont donc très faibles si on postule directement.

Je vous conseille donc fortement de postuler en Master 1 en finance.

Justement, quel est le parcours des étudiants intégrant directement le Master 1 en finance ?

Licence

Sur les deux cents étudiants du Master 1, cent cinquante viennent de la licence de gestion de Dauphine. Les profils des cinquante externes sont relativement variés. Certains ont fait un IUT avant de faire une licence d’économie – gestion, d’autres auront fait trois années d’économie – gestion ou de mathématiques. Les formations de base sont quand même liées, même de loin, à la finance.

Expériences professionnelles

Pour intégrer le Master 1, je vous conseille d’avoir une expérience en audit ou liée à la finance. Un ami avait par exemple monté dans sa fac un journal traitant des sujets économiques et financiers. Tu peux aussi par exemple suivre des MOOC sur la banque d’affaires ou la finance d’entreprise. Ce n’est pas grave de ne pas avoir un stage en M&A chez Goldman Sachs ou Rothschild mais tes expériences doivent démontrer un intérêt pour le monde de la finance. N’hésitez pas non plus à parler à des étudiants ou alumni de la formation.

Faut-il fournir des lettres de recommandation ? 

Tu peux fournir aussi des lettres de recommandation si tu le souhaites. C’est pas mal d’avoir des lettres d’anciens du Master pour intégrer le 225.

Y a-t-il un test de gestion, type GMAT ou TAGE-MAGE, ou un test d’anglais à présenter ?

Non, ce n’est pas nécessaire, même si vous pouvez fournir votre score à un test d’anglais.

La promotion du Master 225 de Dauphine

Vers quels métiers s’orientent généralement les étudiants du Master ?

Même si le M&A reste le métier phare, de plus en plus d’étudiants se tournent vers le Transaction Services, comme chez Deloitte ou 8 Advisory, ou vers des fonds de Private Equity ou de Venture Capital, comme Astorg Partners ou Entrepreneur Invest. Les étudiants qui s’orientent en M&A vont aussi bien dans des équipes small-cap que large cap ou en Summer Internship à Londres.

Sens-tu que les alumni sont accessibles ?

Alumni connus

Le Master 225 a été fondé par Maurice Nussenbaum il y a quarante ans. Il est désormais co-directeur de la formation et dirigeant de Sorgem Evaluation, qui est bien reconnu dans le secteur. Parmi les autres alumni connus, nous avons par exemple Guillaume Jacqueau, président d’Equistone, ou Laurent Camilli, fondateur de Clearwater International et parrain de la promotion. Le parrain de la promotion précédente était d’ailleurs Anthony Bénichou, associé-gérant chez Rothschild.

Alumni et événements

Les alumni sont très accessibles. Nous avons organisé cette année une trentaine de rencontres entreprises, principalement grâce aux contacts avec les anciens. Ce réseau nous permet d’atteindre facilement des professionnels. Nous avons aussi organisé en 2021 notre conférence annuelle sur le thème du Private Equity, avec notamment comme invités Matthieu Pigasse et Hélène Bourbouloux. C’est grâce au réseau du Master 225 de Dauphine que nous avons pu accueillir des invités de marque. Vous pouvez d’ailleurs visionner la conférence à cette adresse.

Nous souhaitons maintenant développer le réseau à Londres. Nous avons par exemple rencontré les banquiers de Greenhill, dont un ancien du Master. Le nom de la formation reste quand même connu, aussi bien à Paris qu’à Londres, ce qui permet de nous ouvrir les portes des plus grandes institutions.

Justement, tu as rapidement évoqué la conférence annuelle.  Quels autres événement avez-vous organisé ?

En dehors de la conférence annuelle, nous avons rencontré Fabrice Grinda, ancien de l’université Princeton et élu entrepreneur de l’année par Forbes en 2017. Nous avons également organisé des événements avec Rothschild, 8 Advisory, BNP Paribas ou encore Accuracy. Il y a plus d’une dizaine d’événements tout au long de l’année.

Peux-tu nous dire quelques mots sur l’association du Master 225 de Dauphine ?

D’accord ! L’association regroupe tous les étudiants de la formation et chacun peut s’impliquer. Elle est organisée en plusieurs pôles : alumni, relations entreprises et intervenants, sponsors, communication, conférences ainsi que ski et événements internes. Nous avons également créé un pôle “innovation pédagogique” pour réfléchir ensemble aux matières que l’on souhaiterait rajouter au curriculum.

En termes d’événements extra-professionnels, nous avons plusieurs week-ends dans l’année ainsi qu’une semaine au ski. Nous organisons également environ une fois par mois des afterworks avec les anciens. C’est semblable à ce qu’on peut trouver dans une école de commerce, même si je trouve que le nombre réduit d’étudiants permet de tisser plus facilement des liens.

Comment trouves-tu l’ambiance au sein de la promotion ?

La promotion est très soudée vu qu’on se parle quotidiennement. La pandémie ne nous a pas empêché de créer des liens au sein de la promotion. Certains sont par exemple partie en vacances ensemble ! Nous connaissons également les étudiants de la promotion d’avant et l’annuaire nous permet de retrouver les plus anciens.

L’intégration des personnes rejoignant directement le Master 1 ou le Master 225 se fait très bien également. Plus généralement, il n’y a pas de compétition ou d’animosité au sein de la promotion.

Les cours

Comment sont organisés les cours ?

Les cours s’organisent par semestre, même s’ils peuvent changer d’une année à l’autre. Nous allons par exemple rajouter un cours de conseil en stratégie qui sera enseigné par un consultant de McKinsey. Le but est de placer d’ici quelques années des étudiants dans les plus grands cabinets, à l’instar de ce que nous faisons déjà en M&A.

Il y a une dizaine de cours pendant le premier semestre. La plupart des enseignements sont dédiés aux métiers de haut bilan. Nous avons aussi quelques cours de bas de bilan, comme un cours de gestion de trésorerie, anciennement animé par le trésorier de Lafarge. Le second semestre comporte plus de cours d’ouverture, comme sur le Venture Capital, le Private Equity ou encore le droit des affaires. Le second semestre est plus léger car tu es censé concentrer ton travail sur la recherche de stage ou de CDI.

Nous avons également un module appelé “Mission PME”. Un groupe de trois étudiants est chargé d’accompagner une PME générant plus de quatre millions d’euros de chiffre d’affaires. Nous aidons par exemple l’entreprise 1083, qui fabriquent des jeans et des chaussures en France, à réfléchir sur leur besoin en fonds de roulement.

Il y a pas mal de travaux de groupe et de modélisation. Les thématiques sont toujours liées aux métiers que nous pouvons exercer à la sortie du Master.

Quelles matières t’ont intéressées ?

Private Equity et droit

Le cours de Private Equity, animé par Maxime de Bentzmann, Managing Director chez Eurazeo, est extrêmement intéressant. Le cours commence par une étude de cas suivi d’un échange entre les étudiants et le professionnel en charge de la transaction. C’est donc très concret et nous profitons de l’expérience et du vécu de l’intervenant. C’était d’ailleurs habituellement Patrick Sayer, ancien X-Mines et président du directoire d’Eurazeo, qui s’occupait du module de Private Equity. Le cours de droit avec des avocats de Bredin Prat était également super intéressant puisqu’ils ont travaillé sur la plupart des grandes transactions financières.

Enseignants et professionnels

La grande majorité des enseignants sont des professionnels et non des chercheurs. Certains sont d’ailleurs des alumni du Master 225. Les cours ne sont donc pas déconnectés du monde du travail. A l’instar des cours de Private Equity et de droit animés par des professionnels, le cours de M&A est par exemple enseigné par André Lévy-Lang, ancien PDG de la banque d’affaires Paribas. Cela nous permet d’avoir une vision réaliste du métier.

Evolution des cours

Nous tentons de faire évoluer les cours en ajoutant des enseignements en anglais et en incorporant une dimension RSE. Nous allons aussi développer les partenariats, grâce à PSL, pour pouvoir prendre des cours à l’Ecole Normale Supérieure ou à l’école des Mines de Paris par exemple. Je pense que les belles années du Master sont encore devant nous.

Comment trouves-tu le rythme des cours ?

Le rythme est soutenable car nous n’avons pas de pression vis-à-vis des examens. C’est notre dernière année de cours, il n’y a pas de sélection derrière. Il y a bien sûr, comme partout, des périodes de rush durant lesquelles tu finiras plus tard. Cela reste toutefois une exception.

Comment sont les examens ?

Avant la crise sanitaire, les partiels étaient un mélange d’examens sur table et de travaux de groupe. Les examens sont plus là pour vérifier que tu as compris un minimum le cours. Je trouve que le Master fait bien la transition entre les cours théoriques, notre année de césure et le monde professionnel.

Merci pour ton témoignage !

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos

A propos

Le Petit Analyste

Bienvenue sur le site du Petit Analyste. Interviews de professionnels de la finance, présentations de formations ou encore conseils pour les Summer Internships, tout ce qu'il faut savoir pour réussir sa carrière en finance.

Les Réseaux Sociaux

×