Commentaires récents

Articles récents

trading taux

Associate en Trading de taux

21 novembre 2021 1 Comment

On retrouve aujourd’hui le témoignage d’un Associate en Trading de taux. Excellente lecture !

Bonjour et merci d’avoir accepté l’interview ! Quel est ton parcours ?

Les premières expériences en finance

Après un baccalauréat scientifique, j’ai intégré une classe préparatoire parisienne avant de rejoindre une école de commerce du top 3. J’ai effectué mon premier stage en tant que Sales. Je travaillais sur les problématiques de taux de changes et mes clients étaient des Corporates, c’est-à-dire des entreprises classiques.  Le second stage était chez un grand gestionnaire d’actifs à Paris. J’étais Assistant Portoflio Manager pour un fonds spécialisé en actions avec environ un milliard d’euros d’actifs sous gestion. Je suivais au quotidien l’environnement macroéconomique et financier et analysais les entreprises que l’on suivait.

Le Summer Internship

A la suite de ces deux stages, j’ai postulé à pas mal de Summer Internships. On ne le répète jamais assez mais cela reste un processus aléatoire : certaines banques vont te rappeler rapidement quand d’autres refuseront directement ta candidature. Cela reste une boîte noire, n’essayez pas de comprendre leurs décisions. Je décroche finalement une offre de Summer Internship dans une grande banque américaine.

Ce Summer Internship m’a permis de mieux me connaître et de cerner ce que je souhaitais faire plus tard. En effet, j’ai commencé ma rotation dans une équipe dédiée aux produits exotiques de Taux. J’ai ensuite fait du trading de matières premières puis une troisième rotation qui m’a moins intéressé. Ma dernière rotation s’est déroulée dans une équipe de trading de taux exotique. Ils m’ont finalement fait une offre et je suis maintenant Associate chez eux.

Quelques conseils pour réussir son Summer Internship

Je vous conseille d’aborder le Summer Internship en restant ouvert aux opportunités qui s’offrent à vous. A l’époque, je ne savais pas si je voulais m’orienter vers le métier de trader ou de Sales. En termes de typologie d’actifs, j’étais plus intéressé par les actions que par les produits de taux, les matières premières ou les devises. Je suis maintenant trader en taux exotique, ce que je n’avais pas envisagé au début !

N’hésitez pas à rencontrer un maximum de personnes tout au long de votre Summer Internship. Cela vous permettra de mieux comprendre le fonctionnement des différentes équipes et les classes d’actifs. Cela vous aidera également à mieux cerner les personnalités de vos collègues.

Si vous intégrez une banque américaine, ne commencez par le Summer Internship en souhaitant à tout prix intégrer une équipe particulière. Si l’équipe que vous visez ne vous apprécie pas plus que ça, vous risquez de ne pas avoir d’offre, même si vous êtes bon.

Le monde du trading de taux

Peux-tu nous donner un aperçu du métier de trader ?

Il y a une grande diversité de métiers au sein du trading. Je pense que la première différence réside dans le type de produit. Une équipe Flow proposera des produits plus simples quand d’autres proposeront des produits plus complexes. Dans le premier cas, les volumes traités seront plus importants et les marges moindres. Dans le second cas, les transactions sont plus profitables, plus grosses mais prennent plus de temps à être réalisées car il faut pricer le produit, comprendre les risques sous-jacents et trouver les façons de se protéger contre ses risques.

Il n’y a pas de choix de carrière plus intéressant, tout dépend de ta personnalité. Un trader plus orienté Flow sera sollicité très régulièrement tout au long de la journée alors que dans l’autre cas, la réflexion prend plus de temps et la vision macroéconomique est prépondérante.

Quelles sont vos contreparties ?

Les entités avec qui nous traitons sont les autres banques, les Hedge Funds, les assureurs, les fonds de pensions, les Etats ainsi que les Corporates.

Comment s’organisent les équipes de trading dans les banques ?

Il existe des équipes de trading pour chaque type de produits : taux, devises (FX), matières premières (Commodities), actions (Equity) et crédit. En général, les équipes Taux et FX travaillent ensemble. Là où je suis, les équipes de trading de matières premières sont séparées des autres activités. C’est un monde à part.

Au sein de ces équipes, les traders traitent des produits plus ou moins complexes. Les produits les plus simples sont appelés vanilla. Les plus complexes sont appelés Derivatives et peuvent être plus ou moins sophistiqués selon le nombre d’options, d’indices ou d’actifs qui les constituent.

Il faut préciser que les produits les plus complexes ne sont pas le monopole des hedge funds et autres institutions financières. Il n’est pas rare de voir des entreprises classiques y avoir recours. Cela peut d’ailleurs être risqué pour eux si les conditions de marchés deviennent compliquées. Ils peuvent perdre des montants énormes et se retrouver en situation de défaut. Certaines entreprises aériennes ont par exemple perdu pas mal d’argent au moment de la pandémie à cause de produits dérivés sur le pétrole. Elles devaient de l’argent aux banques mais ne pouvaient pas rembourser car leur activité était au point mort. Ce sont des produits à manipuler avec précaution.

Devenir trader de taux

Ce genre de carrière est-elle réservée aux ingénieurs et profils scientifiques ?

Je pense que c’est plus une question de mentalité que de parcours. En France, les banques auront tendance à privilégier les profils scientifiques pour le métier de trader et les étudiants venant d’écoles de commerce pour le métier de Sales. Les banques américaines n’ont pas cette vision. Là où je travaille, beaucoup de traders n’ont, par exemple, pas de parcours scientifique.

Je pense que cette différence vient du format des recrutements. Les banques anglo-saxonnes embauchent majoritairement via les Summer Internships. Il suffit donc qu’un trader t’apprécie et trouve que tes idées et ta réflexion sont bonnes pour recevoir une offre, même si tu n’as pas étudié les mathématiques ou la physique. Il arrive aussi que les étudiants avec un profil idéal, en théorie, ne reçoivent pas d’offre à la fin.

Quelles sont les expériences idéales pour atteindre ce genre poste ?

Je vous conseille de faire un stage chez un gestionnaire d’actifs ou dans une salle des marchés. Cela vous aidera à décrocher un Summer Internship et à se démarquer pendant le stage. Vous comprendrez l’activité, le métier et aurez ainsi des questions plus pertinentes. Vous comprendrez également l’impact des événements macroéconomiques et des décisions des banques centrales.

Que conseilles-tu de réviser pour un entretien ?

Black-Scholes et idées de trade

J’aime bien les candidats maitrisant le modèle de Black-Scholes. C’est incontournable pour la théorie des options. Il n’est pas nécessaire de démontrer mathématiquement tous les points, mais comprenez au moins son fonctionnement. En plus du modèle Black-Scholes, je vous conseille de maitriser également les Grecs.

Préparez aussi avant l’entretien une idée de trade, raisonnement à l’appui. Vous pourrez ainsi en discuter avec votre interlocuteur. Ce dernier peut vous challenger et c’est là que l’entretien devient intéressant.

Indices et brain teasers

Retenez également les grands indices et leur niveau actuel, comme le taux euro – dollar ou le taux de dépôt de la BCE. Je ne pense pas que ce soit utile de se préparer aux brain teasers. D’expérience, ce genre de question est assez rare. Je me souviens en avoir eu une fois en entretien. Mon interlocuteur était relativement âgé et je pense qu’il posait le même brain teaser depuis des années ! (Rires)

Dernier point, gardez votre sang froid et ne vous démontez pas si vous n’avez pas la réponse à la question. Essayez de rebondir en mettant en avant ce que vous savez déjà. Si votre interlocuteur vous demande la dernière action de la banque centrale canadienne et que vous n’en n’avez aucune idée, n’hésitez pas à parler de ce qu’il se passe actuellement avec la FED ou la BCE par exemple.

En termes d’opportunités, mieux vaut-il commencer sa carrière à Londres ou à Paris ?

Pas facile de répondre avec le contexte actuel ! (Rires) Tout dépend des banques. J’ai l’impression que le cœur du business reste à Londres pour la plupart des institutions financières. Il est donc difficile, pour un jeune diplômé, de ne pas envisager l’expatriation. Les bureaux parisiens sont plus petits et les équipes plus réduites que leurs homologues londoniens. Les banquiers qui sont relocalisés à Paris sont plutôt séniors, avec plusieurs années d’expérience, alors que les Analystes restent à Londres. Il ne faut toutefois pas être pessimiste car Paris se développe petit à petit.

Le quotidien d’un Associate en trading de taux

Quelles sont tes grandes missions au quotidien ?

Nous suivons de très près les risques de notre book, qui regroupe toutes nos positions. Nous devons également être capable de comprendre et anticiper l’impact des événements macroéconomiques, comme un changement de taux de la BCE, sur nos positions. Ce n’est bien sûr pas un réflexe que l’on acquiert au bout de quelques mois. Cela prend des années pour être à l’aise avec ces concepts. L’autre grande mission d’un trader est le pricing de produits. Plus le produit est complexe et plus tu dois être à l’aise avec le modèle de pricing utilisé.

A la fin de la journée, nous faisons ce qu’on appelle le P&L reconciliation. Pour simplifier, c’est un document qui résume tes pertes et tes profits de la journée, selon les classes d’actifs. Il faut s’assurer le résultat final soit correct. C’est le cas en général, même s’il arrive qu’il y ait des erreurs. Vous devez donc en trouver l’origine.

Quelles sont les différences entre un trader Associate et Analyste ?

Un Associate est beaucoup plus autonome qu’un Analyste. Tu as des juniors en-dessous de toi à qui tu peux déléguer les tâches les plus rébarbatives. Mes managers ne vérifient plus ce que je fais, ils me font confiance. C’est d’ailleurs à ce moment-là que le métier prend toute sa saveur. Tu arrives à anticiper ce qui va se passer sur les marchés, tu sais quels sont tes risques, comment les limiter et tu ne demandes plus l’approbation de tes supérieurs pour la moindre chose. C’est extrêmement satisfaisant.

Faut-il savoir coder ?

Là où je travaille, il n’est pas nécessaire de savoir coder. Des équipes dédiées au codage vont pouvoir mettre en place ce que tu leur demandes. Je pense que peu de traders codent quotidiennement dans ma banque.

Quid des horaires et du rythme ?

Les horaires sont assez variables, même si tu travailles en général entre dix et douze heures par jour. La journée peut aussi bien commencer à 7 heures 30 du matin et finir à 18 heures que débuter vers 8 heures et finir vers 20 heures.

Le rythme est très différent du M&A. Il n’y a pratiquement pas de pause pendant la journée alors qu’il n’est pas rare qu’un banquier M&A attende plusieurs heures le retour d’un de ses supérieurs avant de pouvoir travailler. Tu as également plus de visibilité sur tes soirées et tes week-ends. En effet, je ne travaille jamais le week-end et je ne finis que très rarement après 20 heures. Cela améliore grandement ta qualité de vie et c’est très appréciable.

Justement, en parlant de salaire, à quoi peut s’attendre un junior ?

Le salaire de base d’un Analyste en première année est à peu près 55 000 livres, soit environ 75 000 dollars. Cela dit, les salaires ont augmenté depuis et on atteint peut-être les 80 000 dollars en salaire fixe. Je pense que le bonus de première année se situe aux alentours de 30 000 dollars. La rémunération totale s’élève donc à environ 100 000 dollars, soit à peu près 80 000 livres.

Le salaire fixe augmente chaque année d’environ 10 000 dollars, tout comme ton bonus. Au niveau Associate 1 (en première année), la rémunération totale se rapproche des 180 000 – 200 000 dollars.

Qu’aimes-tu dans ton métier ?

J’adore être entouré de gens compétents et experts sur plein de sujets différents. C’est également excitant de travailler avec les plus grandes institutions financières. Tu as également beaucoup de responsabilités très rapidement et l’impact de ta décision et de ton raisonnement est immédiat.

Je suis également en contact avec de nombreuses équipes au sein de la banque, ce qui me permet de rencontrer d’autres personnes. Dernier point, je trouve que la qualité de vie est bien meilleure que dans d’autres métiers en banque, même si les journées restent intenses.

Merci à toi pour cette interview !

1 Comment

  • Le Petit Analyste - Etudier la finance à l'ENSAE 4 septembre 2022 at 21 h 20 min

    […] plupart souhaitent devenir Quant, Trader ou travailler dans une équipe de Risk ou de Structuration. Certains finissent en Data Science et […]

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    A propos

    A propos

    Le Petit Analyste

    Bienvenue sur le site du Petit Analyste. Interviews de professionnels de la finance, présentations de formations ou encore conseils pour les Summer Internships, tout ce qu'il faut savoir pour réussir sa carrière en finance.

    Les Réseaux Sociaux

    ×