Institution éminemment réputée en finance, pourvoyeuse d’un nombre non négligeable d’analystes dans les plus grandes banques anglo-saxonnes, la London School Economics, ou LSE, reste un atout majeur sur le CV. Le Petit Analyste est parti rencontrer une étudiante passé par les bancs du MSc Finance & Private Equity. Bonne lecture !

Salut et merci d’avoir accepté l’interview ! Quel est ton parcours ?

Après un bac spécialité mathématiques en province, j’ai passé le concours Sésame pour rentrer à l’ESSEC. Pendant ma scolarité, j’ai eu l’opportunité de faire plusieurs stages dont un premier au sein de la Direction Générale de Volkswagen Financial Services. J’ai eu ensuite l’opportunité d’effectuer un apprentissage de deux ans au sein d’HSBC Bank Plc. en tant que European Equity Sales Apprentice. A ces deux expériences s’est ajouté un stage en Venture Philanthropy dans la Fondation AlphaOmega, créée par Maurice Tchenio, co-fondateur d’Apax Partners.

Mon orientation scolaire et professionnelle a été un constant sujet de réflexion. Après avoir participé à plusieurs salons à Paris et échangé avec divers recruteurs et directeurs de programme, j’ai décidé de poursuivre mes études dans un M.Sc. Finance afin de solidifier les notions acquises au cours de mes expériences scolaires et professionnelles et d’acquérir de nouveaux domaines d’expertise. Mon choix s’est basé sur plusieurs critères : le classement international du programme, sa réputation, la qualité des échanges avec leurs représentants ainsi que les coûts associés. Mon désir d’étudier dans un pays anglophone a également pesé dans la balance. Mes choix se sont finalement portés sur LSE, LBS (London Business School) et Imperial College.

La candidature

La London School of Economics propose plusieurs masters en finance. Quelles sont les grandes différences ?

Le département en finance est vaste et propose plusieurs M.Sc.

  • Accounting & Finance : Celui-ci se concentre davantage sur la finance d’entreprise avec un fort accent sur la comptabilité : près de la moitié des cours sont des cours de comptabilité.
  • Finance & Economics : Ce master est destiné à des étudiants ayant un attrait particulier pour la macroéconomie. Des postes comme Macro Strategist en banque font partis des carrières les plus populaires à la suite de ce master. Beaucoup d’étudiants choisissent également de poursuivre leurs études en effectuant un PhD.
  • Risk & Finance : Comme son nom l’indique, ce programme se concentre davantage sur la mesure et la gestion du risque. La part des mathématiques dans ce part est donc significative, tout comme dans le M.Sc. Finance & Economics. Les étudiants s’orientent ensuite soit vers les Risk Practice des cabinets de conseil comme McKinsey, ou dans des entreprises « plus classiques » en tant que Risk Manager.
  • Finance et Finance & Private Equity : Le MSc Finance est le plus réputé de la LSE. Les deux formations sont identiques à l’exception d’un électif pas très électif. Les étudiants en Finance & Private Equity ont un cours intensif de Private Equity composé de trois de cours par semaine et de deux heures de séminaire par semaine. Ceux-ci doivent également préparé un mémoire se concentrant sur l’industrie du Private Equity. Les étudiants de ces deux programmes se destinent majoritairement en IBD, Private Equity et Consulting. Certains se dirigent également vers des métiers plus quantitatifs (Quants, Trading Exo).
Il est nécessaire de présenter le GMAT. Comment l’as-tu préparés ? As-tu des conseils voire des livres à nous recommander ?

Le GMAT n’a pas été mon meilleur atout. Les tests standardisés sur PC étant loin d’être mon fort, j’ai repoussé délibérément la préparation de cet examen à la dernière minute et ai préparé le GMAT en moins de deux semaines. Ce fut une erreur. Peu importe nos acquis, sans préparation, il est très difficile de passer la barre des 700. Personnellement, j’ai eu 640, score très faible lorsque l’on se dirige vers des masters quantitatifs. J’ai alors pris la décision de le repasser quelques semaines plus tard en me concentrant sur les cours de mathématiques de façon à pouvoir répondre plus rapidement et mieux aux questions et, ainsi, maximiser mon score « quantitatif ». Cette préparation n’a pas été suffisante et m’a permis d’augmenter uniquement marginalement mon score.

En prenant du recul, j’ai réalisé qu’il aurait été nécessaire de préparer le GMAT durant deux voire trois mois consécutifs de façon intensive et en effectuant un nombre significatif de tests blancs. Je ne peux malheureusement pas conseiller de livres pour la préparation, ceux que j’ai utilisés n’étant pas particulièrement utiles.

[Le Petit Analyste a mené son enquête et a trouvé quelques livres intéressants : la collection Manhattan Prep GMAT Strategy par Manhattan Prep. N’hésitez pas non plus à jeter un coup d’œil à la section GMAT de Poets&Quants, site dédié aux MBA.]

Comment conseilles tu d’organiser sa lettre de motivation, ou statement of purpose ?

Beaucoup d’université demandent aux candidats de préparer un statement of purpose. Il s’agit d’une lettre de motivation de deux à trois pages démontrant pourquoi eux et pas un autre, pourquoi ce programme, pourquoi l’université et pas une autre, etc. Les candidats doivent impérativement se démarquer au travers de cette lettre. Chaque candidat a un parcours impressionnant : major de promotion, stages dans de grandes banques, expériences extra-scolaires intéressantes … Cette lettre est donc à ne pas négliger et renforcera toute candidature.

Même si le contenu est classique (pourquoi moi, pourquoi la finance, pourquoi la LSE…), cet exercice reste très personnel. Des templates sont disponibles sur internet mais ceux-ci n’ont pas de valeur ajoutée. Je conseille toutefois de ne pas se survendre pour ne pas se faire piéger.

Le dossier des candidats est jugé dans son intégralité. Un score de 780 ne vous aidera pas à obtenir une place au sein de ce master si vous n’avez pas réussi à démontrer un réel intérêt pour la finance ou si vos notes lors de vos études ne sont pas satisfaisantes. Il en est de même si vous avez un summer chez GSAM mais manquez de recul sur votre parcours et/ou n’avez pas obtenu un score minimum au GMAT. Le taux d’admission est inférieur à 10%, il ne faut donc rien laisser au hasard.

Comment conseilles-tu de s’organiser pour les recommandations ?

Le dossier doit contenir deux lettres de recommandation, une académique ainsi qu’une professionnelle. Celles-ci se présentent sous la forme d’un questionnaire Qualtrics envoyés aux référents. Il est important de choisir des référents vous connaissant personnellement, l’exercice est de montrer qu’ils vous connaissent personnellement et qu’ils vous recommandent de bonne foi.

Comment s’est déroulé l’entretien ? Les questions sont-elles techniques ? De culture financière ?

Il n’y a pas d’entretien.

La promotion

D’où viennent les étudiants de ta promotion, aussi bien en termes de formations que de nationalités ?

Les étudiants sont près de 120 dans le M.Sc. Finance et 36 dans le M.Sc. Finance & Private Equity. Plus de trente nationalités sont représentées dans les programmes. Les plus populaires sont : Chinois, Allemand, Italien et Français. Paradoxalement, il y a assez peu d’anglais.

La majorité des étudiants proviennent d’une formation en business ou en économie. D’autres proviennent d’écoles d’ingénieur telles que l’X ou encore Centrale. Il y a également des parcours atypiques : nous avons un astrophysicien ainsi qu’un médecin.

Et au niveau professionnel ?

Le programme débute par un certain nombre de workshops sur la préparation des CVs et des lettres de motivation. Nous avons eu ainsi l’occasion de découvrir nos parcours respectifs. Certains ont effectué des stages (Spring, Summer, Off-Cycle) en banque ainsi qu’en cabinet de conseil. Avec mon alternance et mes différents stages, je suis une des personnes avec le plus d’expérience professionnelle (plus de deux ans). De manière générale, avoir plusieurs expériences dans le même secteur permet de justifier votre intérêt pour la finance.

Il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience en finance afin de rentrer dans le programme mais cela est, toutefois, fortement conseillé.

Vers quels métiers s’orientent généralement les étudiants de ta promotion ?

La majorité des étudiants postulent actuellement à des Graduates et CDI dans les banques et cabinets de conseils. Certains étudiants de ma promotion ont toutefois déjà eu des offres : Investment Banking chez Goldman Sachs, JP Morgan, Morgan Stanley et Citi. Ma buddy à la LSE est en CDI chez Goldman Sachs en Investment Banking également. Côté Private Equity, on peut citer Blackstone, Ardian et Silver Lake. Ceux qui s’orientent vers le conseil en stratégie se dirigent principalement vers EY Parthenon, BCG, Bain et McKinsey. Beaucoup d’étudiants rentrent dans leur pays d’origine.

La compétition est toutefois rude et nous sommes en concurrence avec d’autres excellentes formations. Au-delà des majors bulge brackets, les étudiants s’orientent vers des boutiques plus petites comme Moelis, Houlihan Lokey, Coller Capital ou PJT Partners.

Sens-tu que les alumni sont accessibles ?

Le M.Sc. commence avec trois semaines, intenses, appelées pre-sessional. Nous avons des sessions de networking durant lesquelles nous avons pu poser des questions aux alumni, aussi bien sur les cours que l’orientation professionnelle. De manière générale, les alumni sont très accessibles et la communauté est soudée.

Les cours

Comment sont organisés les cours ? Sont-ils à la carte ? Obligatoires ?

Il y a trois trimestres :

  • Pre-sessional, c’est-à-dire trois semaines intensives de remise à niveau en comptabilité, mathématiques et de workshops (CV, LM, etc.)
  • Michaelmas Term (fin septembre à mi décembre),
  • Lent Term (de mi-janvier à début avril),
  • Summer Term (début mai à mi-juin).
Pre-sessional

Le premier trimestre, Michaelmas term, est précédé par trois semaines de remise à niveau en mathématiques et comptabilité. Nous avons également des cours pour préparer les études de cas, des cours d’Excel, et des workshops nous assistant dans la préparation de nos candidatures. Environ quatre fois par semaine, nous avions également des événements appelés City Speaker Series. Pendant 2h, une société venait présenter ses activités. JP Morgan nous a, par exemple, présenté un de leurs deals et présenté leur process de recrutement. Un des membres du conseil d’administration est même intervenu. Deutsche Bank, Moelis ou encore Credit Suisse se sont également déplacés.

Les workshops se sont concentrés sur les thématiques suivantes : préparations des CV, lettres de motivation, candidatures en ligne et entrainement au networking.

Michaelmas term

Il y a 12 heures de cours par semaine, divisé en 6 heures de finance d’entreprise et 6 heures de finance de marché sur 4 jours. Ça paraît peu mais c’est loin d’être le cas. Il y a énormément de lectures recommandées, environ une centaine de pages par cours et par séance. Il faut rajouter à cela des études de cas et des exercices d’application. Les devoirs à faire en finance d’entreprise sont majoritairement des études de cas d’HBS tandis que ceux en finance de marché sont des exercices d’application (calcul de taux, de prix d’un Credit Default Swap…). Il est possible de suivre un cours de R, optionnel, ainsi que des cours de langues (à nos frais).

A la fin de ce premier trimestre, nous avons une journée de cours à la Royal Academy of Dramatic Art de Londres. L’objectif de cette journée est de former les étudiants à l’expression orale et de les aider à soigner leur présentation. La London School of Economics insiste sur le fait que la banque d’investissement est un métier de services ; il est indispensable de développer ses « interpersonal skills ».

Lent term

Nous avons les cours électifs durant ce trimestre. Nous devons choisir quatre électifs, même si en pratique nous n’en avons que 3 car l’électif Private Equity est obligatoire dans mon MSc. Les électifs possibles couvrent tous les domaines de la finance : Merger, Buyouts and Restructuring, Financial Engineering, Corporate Investment & Financial Policy , etc. Désirant m’orienter vers le Private Equity, j’ai décidé de suivre les cours de Merger, Buyouts and Restructuring, Corporate Investment & Financial Policy, Fixed Income et Private Equity.

Certains cours ont toutefois des prérequis, notamment en termes de mathématiques. Les étudiants provenant de programmes moins quantitatifs types business auront plus de difficultés que les étudiants ingénieurs dans les cours de quant.

Summer term

L’ensemble des examens se déroulent lors de ce trimestre. Ces examens comptent pour 80 à 100% de la note finale. Le delta étant principalement du contrôle continu lors des trimestres précédents.

En parallèle des examens, nous devons rédiger un mémoire sur le cours de notre choix (pour les M.Sc. Finance) et en Private Equity (pour les M.Sc. Finance & PE).

Comment trouves-tu le rythme des cours ? As-tu le temps de t’impliquer dans la vie associative de l’école ?

La vie associative est très riche. Il y a plus de 200 associations et clubs de sport. Je suis, par exemple, membre de Business & Investment, la plus grande association de la LSE, de l’association de Private Equity et de l’association Women in Business. Je fais également partie de l’équipe 1 de tennis de l’université. Il s’agit d’un réel engagement puisqu’en plus des 2 à 4 heures d’entrainement hebdomadaires, nous devons représenter LSE lors des rencontres sportives contre les universités du sud de l’Angleterre.

Il y a de la place pour une vie associative. Tout est question d’organisation. Bien sûr, occuper un poste à responsabilités dans une association prendra plus de temps que d’être simple membre. Plus généralement, intégrer une association permet de rencontrer des étudiants avec les mêmes objectifs professionnels, de créer un réseau et, surtout, de se faire de nouveaux amis. S’impliquer dans un club de sports est également un plus.

Un mot pour la fin ?

Comme ils disent dans la langue de Shakespeare : “it’s worth every penny”. Je n’ai aucun regret et suis très satisfaite de mon choix !

Merci beaucoup !
About the Author

Related Posts

Après le MSc Finance & Private Equity de la LSE, le Petit Analyste vous propose de découvrir le...

Le Petit Analyste vous amène aujourd’hui au cœur de la banque privée, ou private banking. Très bonne...

Le Petit Analyste vous fait découvrir aujourd’hui le monde de l’Inspection Générale de la BPCE. Très...

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.