Avant de vous demander comment s’habiller pour votre premier stage ou comment trouver votre premier CDI, il faut d’abord pouvoir faire les bonnes études. Voici quelques conseils pour choisir au mieux ses études en finance.

Un milieu élitiste …

La banque d’affaires est un milieu élitiste, à tort ou à raison. Les banques les plus prestigieuses recrutent leurs analystes des meilleures écoles de commerce (HEC, ESSEC, ESCP, EDHEC, EMLyon …), d’ingénieur (Polytechnique, Centrale Paris, Mines Paris …) voire de Sciences Po Paris et de Dauphine. Faites donc votre maximum pour intégrer un de ces établissements, votre carrière en sera grandement facilitée.

… mais (relativement) ouvert

Votre carrière est loin d’être finie si vous n’avez pas intégré une de ces écoles. Le monde de la finance est grand et tous les banquiers ne sont pas des X-HEC travaillant chez Goldman Sachs en M&A. Il est courant de croiser des étudiants d’écoles de commerce moins réputées dans des petites boutiques ou d’autres métiers (Leveraged Finance, ECM, DCM …)

Les parcours possibles

Je suis bon élève en terminale et je veux travailler en finance.

Si vous êtes (très) bon élève et n’avez pas peur de travailler, le parcours le plus simple reste 2 voire 3 ans de prépa avant d’intégrer une école de commerce. Cela vous permettra de rentrer dans la vie active relativement tôt, aux alentours de 24 ans. Il n’y aura donc pas un énorme décalage entre vous et certains analystes étrangers qui finissent leurs études à 22 ans. Certains secteurs sont également plus élitistes que la banque (Private Equity, Hedge Fund…) et avoir une prépa sur votre CV pourra vous faciliter la tâche quand il s’agira de postuler chez eux.

Je ne suis pas en école de commerce et je me rends compte que je veux travailler en banque d’affaires.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Intégrer le programme Grande Ecole d’une école de commerce via les admissions sur titre à la suite d’une licence 3, d’un master 1 ou 2. Meilleure est l’école que vous intégrez et meilleures seront les débouchés. L’avantage d’un programme Grande Ecole est qu’il vous laisse 2 voire 3 ans pour peaufiner au mieux votre parcours (summer, stage, double diplôme, networking…). Vous rentrerez toutefois plus tard dans le monde du travail comparé aux étudiants sortis de prépa ou certains étudiants étrangers.
  • Intégrer un Mastère Spécialisé d’une bonne école de commerce, idéalement HEC, ESSEC ou ESCP. Un Mastère Spécialisé dure moins longtemps qu’un programme Grande Ecole, ce qui vous permettra de rentrer dans le monde du travail au plus vite. Les Mastères Spécialisés sont toutefois un peu moins réputés que les programmes Grande Ecole. Vous avez également moins de temps pour optimiser votre parcours
  • Vous pouvez également envisager un master en finance dans une bonne école/fac (Sciences Po, Dauphine, Assas, Sorbonne). Même avantage que les Mastères Spécialisés, en plus d’être moins chers.

1001 questions

Si je continue les études en suivant un programme Grande Ecole, un Mastère Spécialisé ou un Master classique, je vais entrer dans le monde du travail à 25/26 ans, voire plus. Est-ce un problème ?

D’expérience, non, ce n’est pas vraiment un problème. De plus en plus de personnes finissent leurs études tardivement (les ingénieurs qui intègrent les programmes Grande Ecole font en général 2 ans de prépa, 4 ans en école  d’ingénieur puis 2 ou 3 ans d’école de commerce). Ce n’est plus choquant de commencer tard. Même sans se réorienter, certains étudiants sortis de bonnes écoles finissent également plus tard que la moyenne : 3 ans de prépa, double diplôme … Si vous travaillez à Londres, il n’est pas rare de croiser des analystes commencer après 25 ans.

Le problème est plus d’ordre personnel. Accepterez-vous de finir régulièrement à 1h du matin quand les amis de votre âge seront chez eux à 20h ? Serez-vous d’accord de travailler le week-end parce que votre associate, aussi vieux que vous, vous l’a demandé ? Chacun voit midi à sa porte.

Je ne viens pas d’une formation cible, j’ai une offre de CDI pour le poste qui m’intéresse mais dans une banque / boutique pas très réputée. Mieux vaut-il refuser et faire une autre formation pour commencer sa carrière dans une banque prestigieuse ?

Difficile à dire, je vais plutôt vous exposer les avantages et inconvénients de chaque option.

Si vous acceptez le poste, vous pourrez commencer à acquérir de l’expérience et gagner votre vie, ce qui n’est pas négligeable. Le marché du travail étant très liquide, et encore plus à Londres, rien ne vous empêche de faire 1 ou 2 années dans cette banque ou boutique pour ensuite monter en gamme.

Si vous refusez le poste et continuez les études, vous avez théoriquement plus de chances de finir dans une banque plus prestigieuse, surtout si vous sortez d’une formation cible. Je dis bien “théoriquement” car rien ne vous assure que vous réussissiez. La concurrence est rude et il y a toujours une part de hasard dans les entretiens. Si toutefois vous réussissez, vous vous épargnerez une ou deux années en tant qu’analyste, ce qui n’est pas négligeable. En effet, il n’est pas rare de voir des analystes de grandes banques partir ailleurs (Private Equity, Venture Capital…) après une année.

L’aspect financier est également à prendre en considération. Vous devrez vous endetter d’environ 30K euros si vous continuez en école de commerce. En plus de cela, vous ne gagnerez pas d’argent pendant vos études. Toutefois, avoir une formation cible sur son CV peut vous faire gagner bien plus sur le long terme.

Je me suis rendu compte que la banque d’affaires me passionne mais je suis en fac de sociologie /psychologie/arts/n’importe quelle formation sans rapport avec la finance. C’est fini pour moi ?

Loin de là ! Les écoles de commerce acceptent de plus en plus les profils originaux. Mais original ne veut pas dire au rabais. Vous devrez avoir les meilleures notes possibles, des expériences professionnelles et extrascolaires intéressantes et des raisons valables qui vous poussent à vous orienter en finance. Tout ça se travaille, on n’a rien sans rien.

Je viens d’entrer dans une (bonne) école de commerce. Faut-il que je prenne tous les cours et toutes les spécialités liées à la finance pour avoir des entretiens ?

Non. Aussi étrange que cela puisse paraître, les cours que vous prendrez ne vous démarqueront pas beaucoup du reste des étudiants. La sélectivité de votre école jouera beaucoup plus. Ne stressez donc pas si vous n’avez pas été major de promotion au cours de M&A. Vous devez cependant trouver les meilleurs stages possibles pour accrocher de gros noms sur vos CV. Votre début de carrière n’en sera que facilité. Et une fois en stage, faites votre maximum pour convertir l’offre.

Je viens d’arriver en école et je dois effectuer un premier stage. Je n’ai que des offres dans des banques inconnues ou pour des postes pas très sexy. Ai-je raté ma carrière ?

Il est toujours difficile de trouver une première offre de stage intéressant, i.e. technique avec un nom connu. Vous n’avez pas beaucoup d’expérience et n’avez, en général, jamais mis les pieds dans une banque ou un service financier. Pas de panique donc si votre premier stage n’est pas chez Blackstone ou Goldman Sachs. Faites votre maximum pour avoir des missions qui se rapprochent le plus de la banque d’affaires. Essayez également d’avoir un nom connu. Il est toujours plus rassurant de savoir qu’un potentiel stagiaire est passé chez BNP Paribas que dans une entreprise qui vend du carrelage à Montluçon.

J’ai vu que cette école propose plein de cours en finance et en anglais. Je ne sais pas ce qu’elle vaut, elle vient d’ouvrir.

C’est triste à écrire mais le marché de l’éducation est un business comme un autre. Le but d’une école est de vous attirer dans ses salles de classe, i.e. vous faire payer la formation. Faites donc bien attention et ne vous faites pas avoir par leur slogan. Non, vous ne finirez pas trader à New York parce que vous aurez suivi trois cours en anglais. Comme je l’ai écrit avant, les banques et fonds recrutent majoritairement des grandes écoles. Sélectionnez plutôt votre future formation en vous fiant au classement SIGEM. Et si vous ne faites pas confiance au SIGEM, regardez d’où viennent les analystes de chez Goldman Sachs, Morgan Stanley et J.P. Morgan, les trois principales banques.

About the Author

Related Posts

Le Petit Analyste vous amène aujourd’hui au cœur de la banque privée, ou private banking. Très bonne...

Le Petit Analyste vous fait découvrir aujourd’hui le monde de l’Inspection Générale de la BPCE. Très...

Vous venez d’arriver à la fac ou en école et vous aimeriez mieux connaître les marchés financiers ?...

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.