Commentaires récents

Articles récents

ratings

Ratings en Agence de Notation

7 décembre 2020 No Comments

Vous vous êtes toujours demandé à quoi ressemble le métier en Ratings ? La réponse ci-dessous ! Bonne lecture.

Bonjour et merci d’avoir accepté l’interview ! Quel est ton parcours ?

J’ai effectué toute ma scolarité à Dauphine. J’ai étudié l’économie et la gestion les deux premières années pour ensuite rejoindre la licence de gestion en troisième année. C’est un cursus assez généraliste qui peut déboucher aussi bien sur de la finance que du marketing. Une fois en master, j’ai décidé de me spécialiser en finance. J’ai fait deux stages en finance pendant mon année de césure, entre les deux années de master. A la suite de cette année de césure, j’ai rejoint le M2 Banque & Finance.

En termes d’expériences professionnelles, j’ai toujours essayé de faire des petits stages d’un mois ou deux chaque année. Ces expériences m’ont beaucoup aidée pour mon orientation finale. J’ai pu toucher aussi bien au contrôle de gestion qu’aux ressources humaines par exemple. Pendant mon année de césure, j’ai décidé d’effectuer deux stages en lien avec des cours qui me plaisaient. J’ai eu l’opportunité de faire un stage en finance de marché chez BNP Paribas et un stage en audit. Deux expériences qui n’ont rien à voir ! (Rires) Même si les cours de finance de marché me plaisaient, je me suis finalement rendu compte que je ne voulais pas nécessairement faire carrière dans ce milieu-là. Je me suis donc orientée en finance d’entreprise. Mon stage de fin d’études a eu lieu en Private Equity. J’ai rejoint S&P Global Ratings directement à la fin de mes études et cela fait maintenant plus de 5 ans que j’y suis.

Présentation de l’activité

En quoi consiste l’activité Ratings chez S&P ?

Il faut tout d’abord savoir que S&P est un groupe, appelé S&P Global. Il est composé de plusieurs divisions distinctes : S&P Global Market Intelligence, S&P Down Jones Indices, S&P Global Platts et S&P Global Ratings. Cette dernière s’occupe des notations.

La notation a pour but d’évaluer la qualité de crédit de l’entité, c’est-à-dire sa capacité et sa volonté à rembourser ses dettes selon les termes initialement contractés. S&P a un rôle d’analyse et d’information indépendante pour les investisseurs. Si beaucoup ont surtout entendu parler de la notation des Etats-souverains, celle-ci ne constitue pourtant pas l’essentiel de notre activité. Il faut savoir que nous notons également des entreprises, des banques, des produits structurés ou encore des compagnies d’assurances, toujours afin d’évaluer le risque de non-remboursement de la dette à l’échéance, ou de suspension du paiement des intérêts avant maturité.

Quels sont les grands acteurs du secteur ?

Les trois plus gros acteurs sont S&P, Moody’s et Fitch. Il y a aussi toute une série d’acteurs plus petits, souvent actifs dans une région (par exemple en Chine), ou spécialisés sur un secteur.

Comment est organisée une équipe en termes de secteurs et de géographies ?

Les secteurs

Les équipes analytiques sont organisées par grands secteurs :

  • Corporate, qui regroupe les entreprises « classiques » et les Infrastructures ;
  • SOV/IPF, acronyme de Souverain et International Public Finance, qui rassemble tout ce qui est lié aux entités publiques et aux Etats ;
  • Institutions financières, qui comprennent les banques et assurances ;
  • Structured Finance, qui s’occupe des produits structurés.

Ces secteurs sont eux-mêmes segmentés en sous-secteurs. Les analystes Institutions Financières sont par exemple spécialisés soit sur les Banques, soit sur les Asssurances. Au sein du département Corporate, on peut par exemple citer Healthcare, Telecom, Retail ou Real Estate dans laquelle je travaille.  Chaque équipe en Corporate correspond à un secteur spécifique.

La géographie

Une chose importante à savoir chez S&P : les équipes sont ‘régionalisées’ au niveau mondial (Europe, Asie, etc.), et chaque équipe a des membres dans différents pays. On travaille avec toute l’Europe, et pas uniquement avec Paris. Dans mon équipe, j’ai des collègues aussi bien à Francfort qu’à Londres, Moscou ou encore Madrid et Stockholm. Cela permet de couvrir le secteur plus largement, et de comparer toute entité notée à des sociétés comparables situées dans d’autres pays. Cela permet aussi d’avoir des points de vue divers sur les différents dossiers, d’apporter beaucoup de richesse et de couvrir beaucoup d’angles dans notre analyse. C’est un des points forts du métier.

La hiérarchie est-elle similaire à la banque d’affaires, à savoir Analyst, Associate, Vice President … ?

C’est comparable mais peut-être plus souple. On ne passe pas forcément un grade après un nombre d’années précis. Chacun évolue à son rythme. Les grades sont les suivants :

  • Research Assistant ;
  • Rating Analyst ;
  • Associate ;
  • Associate Director ;
  • Director ;
  • Senior Director
  • Managing Director.

Le nombre d’années entre chaque grade est variable selon les grades et les personnes. Je suis là depuis plus de 5 ans et je suis Associate depuis 2 ans. Pour donner un ordre d’idée, à l’issue du Graduate Program qui dure 3 ans, en général on devient Associate. J’y reviendrai un peu plus tard.

Travailler en Ratings

Quelles expériences et qualités sont recherchées pour effectuer un stage dans ce secteur ?

Je vais répondre pour le département Corporate puisque c’est celui que je connais le mieux. Une expérience en finance d’entreprise est nécessaire. Cela peut aussi bien être de l’audit que du Private Equity ou de l’analyse crédit par exemple. Passer par une direction financière peut également être intéressant. L’important est que le stagiaire comprenne comment fonctionne une entreprise et les états financiers dans les grandes lignes. Il faut aussi être capable d’analyser un marché, et de comprendre son fonctionnement.

En termes de qualités humaines, il est important d’avoir un bon sens de la communication dans notre métier. Nous sommes amenés à discuter avec les émetteurs et les investisseurs, dont on ne devient l’interlocuteur direct qu’après plusieurs années d’expérience. La flexibilité, la résilience, la rigueur et le sens du détail sont également importants. Il faut pouvoir aller au fond des choses, afin d’évaluer l’ensemble des risques auxquels est ou pourrait être confrontée une entreprise. Avec l’expérience, il est également important d’avoir une certaine indépendance d’esprit, une certaine vision critique. Cela s’acquiert avec le temps.

Quelle est la voie idéale pour rentrer en Ratings ? Stage, VIE, Summer Internship …?

Il y a plusieurs façons de rentrer chez S&P.

Il y a tout d’abord le Credit Summer Internship, qui a lieu chaque été. A l’issue du Credit Summer Internship, certains candidats sont sélectionnés en CDI pour intégrer le Graduate Program. Celui-ci dure 3 ans et implique une première rotation entre deux unités : la première période de 1 an est effectuée au sein d’un secteur, et l’autre de 2 ans dans un secteur différent.

Vous pouvez aussi rentrer en postulant directement s’il y a un besoin particulier dans une équipe précise. Vous rentrez ainsi en CDI la plupart du temps, comme cela a été mon cas. Il est également possible de démarrer dans un pays, et de transférer dans un autre après quelques temps.

A ma connaissance, il n’y a pas de VIE ou de stage de 6 mois.

A quelle fourchette de salaire peut prétendre un jeune diplômé qui commence ?

Les salaires sont établis selon des grilles salariales, donc ils sont dans les normes de marché. Dans un rôle analytique, le salaire d’entrée est compétitif et est comparable à ce qui est proposé en banque.

Le quotidien en Ratings

A quoi ressemble le processus de notation d’un nouveau dossier ?

Pour chaque entreprise notée il existe ce qu’on appelle un « analyste principal », qui est le principal interlocuteur de l’entreprise notée, et des investisseurs lorsqu’ils ont des questions sur l’entreprise en question (qu’il s’agisse d’une nouvelle notation, ou du suivi de la notation). On devient « analyste principal » après un certain nombre d’années d’expérience, en général à partir du grade d’Associate.

La réunion préliminaire

En tant que junior, tu vas aider l’analyste principal à préparer son nouveau dossier. Lorsque l’on débute un nouveau dossier, nous allons d’abord rencontrer l’entreprise, à savoir le Directeur Financier avec souvent le Directeur Général. Ils peuvent être accompagnés par d’autres personnes du département financier. Il peut également y avoir une équipe de Rating Advisory, c’est-à-dire l’équipe d’une banque qui s’occupe de faire l’intermédiaire entre l’entreprise et l’agence de notation.

On pose toutes les questions nécessaires à une bonne compréhension du dossier pendant cette réunion (après souvent un gros travail préparatoire en amont de la réunion). Le but est de comprendre le fonctionnement de l’entreprise, son marché, sa stratégie, ses concurrents, etc. En tant que junior, tu es invité à participer à cette réunion. Tu es donc partie prenante à l’analyse économique et financière de la société même en ayant peu d’expérience.

L’analyse

De retour au bureau, tu as plusieurs semaines pour creuser le dossier en profondeur avec l’analyste principal. Vu qu’il/elle a de l’expérience et que nous sommes organisés par secteur d’activité, l’analyste principal du dossier sait comment orienter ses recherches. Afin d’analyser l’entité, il faudra effectuer une comparaison détaillée avec les entreprises similaires qui sont notées, et appliquer notre méthodologie, qui guide les analystes vers les éléments clés à analyser, souvent spécifiques au secteur d’activité de la société notée. Nous avons des critères adaptés à l’analyse des entreprises, qui sont ensuite complétés par d’autres normes et ajustements qui tiennent compte des spécificités de chaque secteur. Au cours du processus d’analyse, les échanges continuent avec l’entreprise, pour que l’ana lyse soit la plus pointue possible.

La notation d’une entreprise se décompose en deux grands éléments d’analyse : 1) le profil opérationnel au travers duquel seront détaillés l’avantage concurrentiel, la position de marché, l’efficacité opérationnelle, la diversité des opérations, la profitabilité, toujours relativement aux entreprises comparables ; 2) le profil financier pour lequel la partie plus quantitative va être analysée. Nous effectuons nos propres ajustements sur les états financiers pour obtenir les ratios les plus comparables possibles d’une entité à l’autre, et nous établissons un business plan, à partir de notre compréhension du positionnement de l’entreprise dans son marché et de ses performances historiques. Ce business plan permet de voir l’évolution des ratios sur les années à venir, ce qui fait partie intégrante de notre notation.

Le comité

Une fois l’analyse terminée et le dossier complété, nous organisons un comité de notation. Ce comité est supervisé par un président de séance et est composé d’analystes senior, ayant plusieurs années d’expérience dans le secteur, qui vont voter afin d’attribuer une notation finale.

Quelles sont les missions au quotidien ?

En dehors de la mise en place d’un nouveau dossier, nous devons également nous assurer constamment que les notations existantes sont valides, à tout moment. Un portefeuille de plusieurs dossiers (qui peuvent être dans des pays différents) est attribué à chaque « analyste principal » qui devra s’assurer de son bon suivi. En tant que junior, tu n’as pas de portefeuille attitré. Tu vas donc aider les plus seniors à suivre leurs portefeuilles. Tu seras donc amené à travailler avec plusieurs personnes venant de toute l’Europe. Il faut donc suivre l’actualité des entreprises en portefeuille, analyser ce qui se passe sur leurs marchés et comprendre l’impact des derniers événements sur le secteur. Il convient d’être réactif et de se tenir informé.

De manière générale, je trouve que l’exposition pour un junior est excellente. C’est une très bonne façon d’apprendre et d’acquérir de solides bases pour sa carrière.

Quel est l’impact du Covid-19 sur les notations ?

L’année 2020 a été active et nous avons revu les notes d’un peu plus de 20% de nos contreparties Corporate cette année en France. En plus des changements de perspectives, nous n’avons pas chômé.  Mais contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, nous n’avons pas revu toutes les notes à la baisse :  l’impact du Covid-19 a été totalement différent d’un secteur à l’autre : certains ont pris la pandémie de plein fouet et d’autres sont relativement épargnés. L’impact est également différent au sein d’un même secteur d’une entreprise à l’autre. Toutes les entreprises n’ont pas la même stratégie, n’évoluent pas dans les mêmes pays, n’ont pas la même la politique financière et ne partent pas toutes avec les mêmes ratios de crédit. Certaines s’en sortent donc mieux que d’autres.

Quid des horaires ?

C’est extrêmement variable selon les personnes et les périodes. Chez S&P, on ne regarde pas l’heure à laquelle tu arrives, ni celle à laquelle tu pars, mais avant tout si le travail est fait (et bien fait) et si tu es fiable et rigoureux. Je pense que cela vient de la culture de l’entreprise : internationale et engagée (intégrité, excellence, pertinence, etc.).

L’important est d’être productif et proactif. Il n’y a donc pas de problème à partir plus tôt si on en a besoin. A l’inverse, il y a pas mal de travail pendant certaines périodes chargées, par exemple lors de la sortie des résultats financiers ou encore en 2020, année exceptionnelle s’il en est, au début d’une pandémie mondiale. Les horaires n’ont toutefois rien à voir avec le M&A. Nous avons un bon équilibre de vie, et cela est très appréciable.

L’après Ratings

Quels sont les débouchés après une carrière en Ratings?

Pas mal de gens restent longtemps chez S&P et évoluent en interne, parfois vers des postes différents de leurs postes initiaux. Certains partent en banque d’affaires. L’un des débouchés classiques est le Rating Advisory. Ils vont conseiller les entreprises sur leur notation. Certains partent en Asset Management ou dans des directions financières. D’autres encore partent en Leveraged Finance. Il y a donc pas mal de débouchés.

Qu’aimes-tu dans ton métier ?

J’aime être au contact de personnes appartenant au management des entreprises, experts de leur secteur. On est vraiment sur le terrain et on a l’information à la source. J’adore aussi le côté international du métier. Je parle au quotidien avec des gens de nationalités différentes. Et je maintiens mon niveau d’anglais ! Mon portefeuille d’entreprises est également international. J’aime beaucoup aussi analyser les différents marchés et stratégies des entreprises, c’est vraiment stimulant ! Mes collègues et supérieurs me font également confiance et me laissent une certaine liberté et autonomie pour gérer mes dossiers, ce qui est très appréciable.

Merci à toi !

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos

A propos

Le Petit Analyste

Bienvenue sur le site du Petit Analyste. Interviews de professionnels de la finance, présentations de formations ou encore conseils pour les Summer Internships, tout ce qu'il faut savoir pour réussir sa carrière en finance.

Les Réseaux Sociaux

×