Commentaires récents

Articles récents

Export Finance : quotidien, missions, expériences requises, produits, débouchés, projets, acteurs, explication des ECA ...

L’Export Finance

3 avril 2020 No Comments

Vous considérez la finance trop déconnectée du monde réel ? Vous devriez alors jeter un coup d’œil à l’Export Finance. Excellente lecture !

Parcours et présentation de l’Export Finance

Bonjour et merci d’avoir accepté l’interview ! Quel est votre parcours ?

Après un Master en Finance & Stratégie à Sciences Po, j’ai commencé ma carrière en banque en intégrant dans un premier temps le département des Risques en tant qu’analyste Risque de Crédit sur la zone Europe de l’Est avec pour mission première la validation des demandes de crédit de la part des entreprises mid-cap de la zone. A la suite de ce poste, j’ai intégré la banque d’investissement au sein des équipes de syndication avec pour rôle d’assister les grands groupes français dans la mise en place de leur financements syndiqués aussi bien pour répondre à leur besoin de liquidité que pour financer leurs acquisitions. Et aujourd’hui, je suis Associate dans l’équipe cette fois de Financement Export dédiée au continent africain.

En quoi consiste l’Export Finance ? Quels sont les grands acteurs et les grands noms du secteurs ?

Le financement export est un instrument de financement d’actifs qui implique de nombreux acteurs avec pour double objectif le soutien à l’exportation d’entreprises françaises et étrangères, clientes de la banque, ainsi que l’apport d’une solution de financement compétitif à nos clients emprunteurs (souverains, entités publiques ou corporate) pour leurs projets d’infrastructure.

Plus concrètement, un financement export consiste à mettre en place un crédit pour le financement d’un projet d’infrastructure qui sera réalisé par une entreprise exportatrice européenne. Ce type de financement est assuré ou garantie par l’agence de crédit export du pays dont l’exportateur est originaire.

Les grands acteurs sont donc les suivants :

  • Les établissements bancaires internationaux qui mettent en place les crédits tels que la Société Générale, CACIB ou BNPP en France ;
  • Les exportateurs qui réalisent le projet sur place (i.e. des ponts, une ligne de métro, un barrage hydroélectrique, un hôpital, etc…) réalisés par des entreprises telles que Bouygues, Vinci ou Alstom par exemple ;
  • Les agences de crédit export : BPI France Assurance Export en France, Euler Hermes en Allemagne, UKEF au Royaume Uni, SACE en Italie, etc…
  • Les Emprunteurs qui peuvent être des entités souveraines (le Ministère des Finances agissant en qualité d’emprunteur ou de garant), des entités publiques et des corporates.

De quel type de transaction s’occupe une équipe d’Export Finance ?

Une équipe d’Export Finance intervient sur des financements d’actifs, par opposition à du financement d’entreprise, sur la base de projets de construction, d’infrastructure clairement identifiés. Il faut également que ces projets bénéficient du soutien d’une agence de crédit export pour couvrir la banque qui octroie ce financement contre le risque de défaut de l’emprunteur (risque politique et/ou commercial).

Quels types de produits proposez-vous ?

En Export Finance, nous proposons essentiellement deux produits :

  • Le Crédit Acheteur, la pierre angulaire de l’export finance, qui présente les caractéristiques suivantes :
    • C’est un crédit qui doit financer la part dite exportée des travaux financés (plus précisément l’exportation de biens et d’équipements d’origine française ou provenant d’un pays de l’OCDE) ;
    • Ce crédit bénéficie de la garantie de l’agence de crédit export en cas de défaut de l’emprunteur avec une couverture du risque politique et/ou commerciale à hauteur de 95% à 100% du montant du crédit.
    • Les décaissements sur ce crédit se font directement en faveur de l’exportateur au fur et à mesure de l’avancement des travaux effectués réduisant ainsi le risque pour l’entreprise de ne pas recevoir les paiements en provenance du pays souvent émergent.
    • Le crédit acheteur est un prêt qui a une assez longue maturité pouvant aller jusqu’à 12 ans ou plus en fonction du sous-jacent financé. Il prend en compte la période de construction du projet ainsi que la période de remboursement du crédit. D’une manière générale, la durée de remboursement octroyée à un emprunteur dépend des contraintes imposées par l’arrangement OCDE.
  • Le Crédit Financier Lié est le second produit qui complète un financement export. La grande majorité des projets financés en export finance intègre une part locale de travaux (la main d’œuvre sur place par exemple) qui ne peut donc pas être financée par le Crédit Acheteur. Le Crédit Financier Lié a ainsi pour vocation de financer cette partie non couverte par le crédit acheteur, notamment le paiement de l’acompte et la partie locale. Ce crédit n’est pas assuré par une agence de crédit export mais bien souvent les banques ont recours à un instrument d’atténuation du risque pour couvrir le risque politique et commercial sous- jacent ; la maturité offerte est plus courte, pouvant aller jusqu’à 3 ans pour l’acompte et 7 ans pour la part locale.

Intégrer le secteur

Quelles expériences et qualités sont recherchées pour effectuer un stage dans ce milieu ?

Un stage en export finance suppose une grande curiosité, la volonté de travailler sur les pays émergents et d’intervenir sur des financements qui bénéficient dans la majeure partie des cas au développement des populations de ces pays. Un intérêt fort pour l’actualité politique et économique de ces zones est donc demandé. Nous intervenons sur des zones et des pays complexes où une bonne compréhension du risque pays est nécessaire.

En termes de compétences, nous valorisons les capacités d’analyse des risques, de synthèse et de rigueur. Le candidat doit être en mesure de synthétiser sur chaque projet les principaux risques liés ainsi que les instruments à notre disposition pour les réduire et les appréhender.

Enfin, l’humilité et l’esprit d’équipe sont des qualités essentielles car le stagiaire travaillera en étroite collaboration avec l’ensemble des membres de l’équipe.

Le stagiaire doit être aussi conscient que les projets en financement export sont des projets qui se structurent sur le long terme. Ce n’est pas une activité de flux.

Comment préparer au mieux les entretiens ?

Il est important de bien se renseigner en amont sur les financements structurés, les instruments clés et les évolutions du marché. Il est nécessaire aussi d’avoir lu les dernières actualités de la zone géographique ciblée et d’identifier les principales problématiques de cette zone.

Le quotidien en Export Finance

Quelles sont les missions au quotidien en tant qu’associate ?

En tant qu’Associate, j’interviens principalement sur deux aspects, 1) l’aspect marketing avec la préparation de pitchs et d’offres commerciales à destination des exportateurs et des emprunteurs pour présenter nos offres de financement et notre expertise. Cela suppose de monitorer le marché et d’être à l’affût d’opportunités potentielles ; et 2) l’aspect transactionnel où j’interviens pour accompagner la mise en place de nouvelles transactions.

Cela se traduit principalement par la rédaction de notes de crédit à destination des décisionnaires pour mettre en avant les points forts de la transaction, les risques identifiés et les mesures mises en place pour les réduire. Une fois l’accord de crédit obtenu, j’interviens ensuite dans la négociation de la documentation juridique avec l’emprunteur pour que celle-ci reflète au mieux les besoins de l’emprunteur, les aspects commerciaux liés au contrat signé entre l’exportateur et l’emprunter tout en respectant les guidelines internes et réglementaire auxquelles la banque doit se soumettre.

Pouvez-vous vous nous parler des grandes étapes d’une transaction en Export Finance, de l’origination au closing ? Combien de temps peut durer une transaction ?

L’export finance est une activité long terme. Les transactions prennent beaucoup de temps à se concrétiser avec des closing qui peuvent se réaliser plusieurs années après les premières discussions entamées avec les différents intervenants. Les grandes étapes peuvent ainsi se résumer comme suit :

  • 1er phase d’appel d’offre lancée par l’Emprunteur pour la réalisation de son projet auquel vont répondre les exportateurs. Pour y répondre, l’exportateur demandera à une ou plusieurs banques de l’accompagner via l’émission d’une offre de financement ;
  • Une fois le couple Exportateur-Banque choisi par l’emprunteur, la banque commence son processus d’obtention des autorisations définitives (crédit, KYC, compliance, environnement,…) tandis que l’exportateur finalise les discussions commerciales avec son acheteur ;
  • En parallèle, la banque initie les discussions avec 1) l’agence de crédit export pour la mise en place de la garantie qui viendra couvrir le crédit acheteur et 2) avec les fournisseurs d’instruments d’atténuation du risque pour la mise en place du crédit financier lié (en fonction du pays de l’emprunteur) ;
  • Une fois la documentation signée, il faut suivre l’accomplissement des conditions préalables au premier tirage afin de mettre en vigueur au plus vite la ou les conventions de crédit permettant ainsi le démarrage des travaux.

Les équipes d’Export Finance travaillent avec les ECA, ou Export Credit Agency. Pouvez-vous nous en dire plus à leur sujet ?

Les ECA ou Agence de crédit export ont pour mission principale de promouvoir leurs industries nationales à l’aide notamment de la mise en place de garantie ou d’assurance qui viennent couvrir le risque de défaut de paiement de l’Emprunteur. C’est l’existence de cette garantie qui permet aux banques commerciales de prêter dans des juridictions complexes, sur de longues maturités et à des conditions attractives. En tant que banque, nous n’intervenons donc que si l’ECA de notre exportateur est disposée à l’accompagner. Ce sont nos partenaires principaux dans la mise en place de nos financements et nous sommes donc en relation permanente avec eux.

L’après Export Finance

Quels sont les débouchés ?

L’évolution la plus naturelle reste celle au sein de l’équipe. A l’image du financement export, c’est un poste qui se conçoit sur le long terme, pour passer du poste junior d’exécution de deals à celui plus senior d’origination.

Au sein de la banque, le financement export peut également ouvrir la porte à d’autres lignes métiers de financement d’actifs tels que le financement de l’immobilier ou du shipping.

Qu’est-ce que tu aimes dans ce métier ?

J’aime sa dimension ancrée dans le réel. On travaille sur des projets concrets qui participent au développement de pays émergents avec un impact social souvent fort. C’est aussi un métier où il est important de bien connaître l’environnement politique et économique des pays financés avec une dimension géopolitique que je trouve passionnante.

J’apprécie également la diversité des acteurs sur les transactions avec une double couverture commerciale aussi bien auprès des exportateurs (de l’ETI jusqu’au un grand groupe de renommé mondial) que des emprunteurs (des ministres d’Etats souverains, des directeurs financiers de grands groupes émergents). Nous sommes également amenés à travailler avec les Institutions Financières de Développement telles que l’AFD ou la Banque Mondiale.

Le maître mot reste la diversité, diversité des projets, des géographies, des acteurs et des problématiques.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos

A propos

Le Petit Analyste

Bienvenue sur le site du Petit Analyste. Interviews de professionnels de la finance, présentations de formations ou encore conseils pour les Summer Internships, tout ce qu'il faut savoir pour réussir sa carrière en finance.

Les Réseaux Sociaux

×