Commentaires récents

Articles récents

masters finance sorbonne

Les Masters en Finance de la Sorbonne

25 février 2021 No Comments

Vous êtes à la recherche d’une formation en finance et souhaitez avoir plus d’informations sur les différents Masters en finance que propose la Sorbonne ? Vous devriez lire ce qui suit. Le Petit Analyste vous propose trois interviews pour le prix d’une, avec deux étudiants en première année et deuxième année et un alumni. Excellente lecture !

Salut et merci d’avoir accepté l’interview ! Quels sont vos parcours ?

Pierre : Après un baccalauréat ES, j’ai intégré un DUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) avant de rentrer à la Sorbonne en troisième année de licence de gestion. J’ai ensuite effectué mes 2 années de Master à la Sorbonne et une année de césure avec un stage en analyse crédit notamment.

Damien : J’ai également fait un baccalauréat ES avant d’intégrer une classe préparatoire ENS Cachan D2. Après une admissibilité à l’ENS, je suis rentré directement dans le Master 1 Ingénierie Financière à la Sorbonne. J’ai effectué ma première partie de césure en gestion de fortune à Genève suivi d’un stage en M&A chez Synercom, une boutique spécialisée dans le small et mid cap. A la fin de cette césure, j’ai naturellement continué en Master 2. Mon stage de fin d’études s’est déroulé chez PAX Corporate Finance, banque d’affaires dans laquelle je suis maintenant Analyste.

Octave : Après un baccalauréat ES, j’ai intégré une bi-licence économie et droit à Nanterre. Après ma licence, j’ai décidé de faire une année de césure durant laquelle j’ai fait un an de stage dans une start-up. J’ai ensuite été admis en Master 1 à la Sorbonne en Ingénierie Financière.

Pouvez-vous nous expliquer les particularités des différents Masters en finance de la Sorbonne ?

Pierre : Il faut savoir que la première année en finance de la Sorbonne est commune à tous les Masters. Il y a entre soixante-dix et quatre-vingts étudiants. Le début est général avec des cours de finance de marché et de finance d’entreprise, en plus des cours de remise à niveau selon la formation d’origine de l’étudiant. Même si cette première année a vocation à être généraliste, il est possible de se spécialiser grâce aux nombreuses options proposées comme en droit des affaires, fiscalité, produits dérivés ou encore entrepreneuriat.

La spécialisation en deuxième année doit être choisie au moment d’intégrer le Master parmi quatre parcours : Ingénierie Financière, Gestion Financière et Fiscalité, Finance et Asset Management et Finance de Marché et Gestion des Risques.

Ingénierie Financière

Ce parcours permet à l’étudiant d’acquérir des connaissances en fiscalité, en droit et en finance pour travailler aussi bien en finance de marché qu’en finance d’entreprise. Les étudiants vont traditionnellement s’orienter vers le M&A et le Private Equity, même si on en voit de plus en plus aller vers le Project Finance. Il faut aussi savoir qu’un certain nombre d’étudiants travaillent également en finance de marché.

Gestion Financière et Fiscalité

La formation est assez similaire au parcours Ingénierie Financière, même s’il y a moins de droit et que les cours de comptabilité sont plus poussés. Ce parcours propose d’ailleurs des équivalences avec le DSCG (Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion). Vous pourrez ainsi valider deux UE du DSCG au cours de l’année.

Finance et Asset Management

Ce parcours ouvre aussi bien des portes en finance d’entreprise qu’en finance de marché, même s’il y a un focus plus important sur cette dernière. Il y a par exemple pas mal de cours sur les options ou les produits dérivés.

Finance de Marché et Gestion des Risques

La promotion de ce parcours est plus réduite. Les profils recrutés sont principalement des étudiants avec un parcours quantitatif, comme une licence MIASS. Cela va déboucher sur des métiers en Sales & Trading, en Structuring ou encore en gestion de portefeuille. Il y aussi quelques Quant.

Candidater aux masters en finance de la Sorbonne

A quoi ressemble le dossier de candidature ?

Octave : Le dossier est très classique. Il faut fournir un CV, une lettre de motivation et quelques documents administratifs classiques. Votre dossier est assez axé sur votre projet professionnel que vous devez bien développer.

Pierre : Oui, je suis d’accord avec toi. Le dossier était vraiment classique. Contrairement aux écoles de commerce, il n’y avait d’ailleurs pas de tests à passer, comme le TAGE-MAGE ou le TOEIC.

A quel point faut-il détailler son projet professionnel ?

Damien : Tu ne peux pas mentionner un intérêt pour la finance sans au moins parler d’un métier qui t’attire ou que tu souhaites exercer plus tard. Il faut prouver que l’on apportera autant à la formation que ce qu’elle nous apportera.

Pierre : Exactement ! Le jury doit sentir que tu as une bonne vision du milieu dans lequel tu veux évoluer. Il faut connaître les métiers, les acteurs ou encore les tendances.

Faut-il obligatoirement fournir des lettres de recommandation ? 

Damien : La lettre de recommandation n’est pas obligatoire, même si je vous conseille d’en fournir une. Idéalement, il faudrait qu’elle soit récente et adressée au directeur du parcours pour lequel on postule. Je me souviens avoir fourni deux lettres de recommandation rédigées par deux anciens professeurs et adressées à M. Raimbourg, le directeur du Master Ingénierie Financière.

Pierre : Il faut savoir qu’il y a énormément de candidatures. De mémoire, il y avait quelque chose comme mille candidats pour certains parcours. Tout est bon pour se différencier. Il faudrait d’ailleurs que la personne qui rédige la lettre de recommandation travaille dans le domaine que tu vises. Une lettre de votre ancien professeur d’arts plastiques n’a pas grand intérêt en finance ! (Rires)

Comment s’est déroulé l’entretien ?

Damien : Les entretiens se déroulent avec les professeurs du parcours que tu choisis pour ton Master 2, même si tu ne postules qu’en Master 1. La discussion tourne principalement autour du dossier et les raisons qui vous poussent à vouloir travailler en finance. Il y également des questions d’ordre macroéconomiques, souvent liées à la politique monétaire. On veut s’assurer que le candidat a un raisonnement macroéconomique cohérent. On ne va toutefois pas vous poser des questions sur des transactions M&A ou sur des principes comptables.

Octave : Je suis d’accord avec toi. Je rajouterai d’ailleurs que c’est le candidat qui doit idéalement mener l’entretien. J’avais l’impression que le jury nous laissait parler. C’est donc à nous de savoir nous mettre en avant. L’entretien peut s’écourter si vous n’avez rien à dire.

Pierre : Je tiens d’ailleurs à dire que les entretiens sont plutôt courts. Ils durent entre quinze et vingt minutes. C’était assez déroutant je trouve.

Damien : Effectivement. J’étais rentré de vacances spécialement pour cet entretien qui n’a finalement duré que quinze minutes ! (Rires) On ne s’y attend pas trop. Pour revenir sur ce qui a été dit avant, le jury ne cherche pas à piéger le candidat en posant des questions techniques. Nous n’avons pas tous des connaissances en finance. L’entretien permet de vérifier la motivation du candidat.

Mieux vaut-il postuler en première ou deuxième année ?

Damien : Je déconseille fortement d’attendre et de postuler en deuxième année. Par exemple, seulement pour le parcours Ingénierie Financière l’année dernière, il y avait environ 600 candidatures en première année pour une trentaine de places. A l’inverse, il n’y avait que 4 places en deuxième année pour quatre cents candidatures.

Faut-il avoir une expérience professionnelle en finance au préalable ?

Pierre : Non, il ne faut pas obligatoirement une expérience professionnelle pour être admis en Master 1. C’est plutôt un bonus. C’est rare d’avoir une expérience professionnelle significative en sortant d’une licence.

Damien : Je suis d’accord. C’est en revanche une autre histoire pour l’entrée en deuxième année. Vu la sélection, il est crucial d’avoir une expérience pertinente. En plus de ça, les étudiants ont tendance à faire une année de césure entre la première et la deuxième année. Il faut donc avoir une expérience professionnelle.

La promotion des Masters en finance de la Sorbonne

D’où viennent les étudiants en termes de formation ?

Pierre : On constate que les étudiants des Masters en finance de la Sorbonne viennent majoritairement de licences d’économie et de gestion. On peut aussi retrouver des parcours plus atypiques comme des bi-licences ou des universités étrangères. Il faut aussi savoir que les étudiants du Master Finance de Marché et Gestion des Risques ont aussi des profils scientifiques.

Damien : Effectivement, les parcours peuvent être assez variés. La majorité des étudiants en Master 1 vient toutefois de l’université Paris 1 et avait un bon classement en licence. Un nombre non négligeable de personnes vient également des classes préparatoires. Les étudiants admis directement en deuxième année ont des profils plus variés. On peut retrouver des ingénieurs ou des juristes par exemple.

Vers quels métiers s’orientent les étudiants ?

Ingénierie Financière

Damien : Les 3 parcours (Ingénierie Financière, Gestion Financière et Fiscalité et Finance et Asset Management) peuvent proposer à peu près les mêmes débouchés. Il n’est pas rare de voir des alumni du Master Ingénierie Financière et Gestion Financière et Fiscalité travailler dans le même métier.

Le Master Ingénierie Financière aura toutefois tendance à placer plus d’étudiants en M&A et Private Equity. Nous avons aussi quelques étudiants en finance de marché.

Gestion Financière et Fiscalité

Pierre : En ce qui concerne le Master Gestion Financière et Fiscalité, la dimension comptable de la formation pousse les étudiants à s’orienter vers l’audit. Ça représente environ 30% des alumni. On trouvera aussi des alumni dans les métiers d’investissement, en Transaction Services ou en M&A. Plus rarement, certains étudiants vont profiter de la double compétence finance – fiscalité pour trouver un travail regroupant les deux domaines.

Finance et Asset Management

Pierre : Comme l’intitulé de la formation l’indique, la plupart des étudiants s’orientent en Asset Management à la fin de ce Master.

Damien : Effectivement, une grande majorité des alumni sont en Asset Management, même si j’en connais en Trading ou en Corporate Finance.

Finance de Marché et Risque

Pierre : La promotion est extrêmement réduite, ils sont une dizaine chaque année. C’est une formation très quantitative et on va retrouver de nombreux Analystes en risque de marché ou en gestion des risques. Plus généralement, ce Master débouche vers des métiers quantitatifs ayant un lien avec la finance.

Sentez-vous que les alumni sont accessibles ?

Damien : Historiquement, vu que chaque Master avait son propre réseau, sa force était par conséquent limitée. Depuis la réforme de 2016, le Master se fait en 2 ans et la première année est commune aux 4 parcours. On retrouve aussi des cours communs en deuxième année.

Le réseau alumni se joue désormais sur 2 niveaux : d’un côté un réseau par parcours, qui reste historiquement le plus fort, et de l’autre un réseau global, représentant le Master. Il faut ajouter à ça la création en 2019 de Sorbonne Finance, une association commune à tous les parcours. Il y a donc une vraie dynamique qui s’instaure et les effets commencent à se faire sentir. Il y a un vrai sentiment d’appartenance.

Pierre : Je rajouterai aussi que les formations sont anciennes. Le Master Ingénierie Financière existe depuis 1993 et celui de Gestion Financière et Fiscalité a été créé en 1973. Le nombre d’alumni est donc impressionnant.

Damien : Je n’ai pas fait d’écoles de commerce mais je trouve que l’esprit de promotion est plus présent. Il y a beaucoup de solidarité et d’entraide inter-promotionnelle car nous savons que nous sommes toujours en concurrence directe avec les écoles de commerce. Même les étudiants en finance de la Sorbonne qui partent ensuite en école se sentent toujours liés à leur formation d’origine.

Comment trouvez-vous l’ambiance au sein de la promotion des Masters en finance de la Sorbonne ?

Pierre : Historiquement, la première année est plutôt une année individuelle durant laquelle de petits groupes se forment. La montée en puissance de Sorbonne Finance a permis de créer plus de cohésion et d’échanges au sein de la promotion. L’association va par exemple organiser des afterworks tout au long de l’année permettant de rencontrer les étudiants de sa promotion dans un cadre plus convivial.

En plus de représenter les étudiants financiers devant l’université, Sorbonne Finance a pour mission d’améliorer leurs connaissances en finance par l’organisation de workshops, de travaux de groupe ou de business games. Nous facilitons également l’insertion professionnelle des étudiants en mettant en relation des professionnels et des étudiants au travers de conférences ou de présentations de métiers.

Damien : Sorbonne Finance est au cœur de cette problématique. J’ai effectué mon Master 1 avant la création de Sorbonne Finance et j’ai clairement vu un avant et un après. Les afterworks, week-ends d’intégration et autres conférences organisés par Sorbonne Finance ont lancé une véritable dynamique et instauré une solide cohésion, à la fois au sein de la promotion, entre le Master 1 et le Master 2 et avec les alumni. Il y a une transformation profonde.

Octave : Effectivement, je trouve que Sorbonne Finance a permis aux étudiants de la promotion de se rapprocher. L’ambiance est très bonne et les deuxième années sont d’ailleurs très à l’écoute.

Pouvez-vous citer quelques événements organisés par Sorbonne Finance ?

Damien : En plus des afterworks, Sorbonne Finance organise régulièrement des événements professionnels. On peut par exemple citer les présentations des activités d’UBS, Synercom, Cambon Partners ou Clearwater ainsi que la visite des locaux de la Société Générale. Nous sommes également allés à la rencontre de l’équipe du fond européen d’investissement ou de Strategy&, l’entité conseil en stratégie de PwC. On a également organisé une conférence avec la responsable des produits structurés de la Société Générale.

Pierre : Il y a encore d’autres événements à venir ! On aura bientôt plusieurs conférences avec KPMG, E&Y et Moody’s.

Les cours

Comment sont organisés les cours des Masters en finance de la Sorbonne ?

Octave : Les cours commencent début septembre et finissent aux alentours de la fin du mois de mai. L’emploi du temps est plutôt bien organisé même s’il arrive d’avoir des cours tard le soir.

Damien : Je dirai qu’il y a entre vint-cinq heures et quarante heures de cours par semaine.

Selon vous quels sont les cours les plus importants ?

Damien : Faites surtout attention à prendre les bonnes options. Certains cours seront moins pertinents selon votre projet professionnel.

Pierre : Ce choix d’options en première année te permet déjà de te spécialiser avant d’entrer en deuxième année. C’est d’ailleurs pour cela que Sorbonne Finance a organisé une session de questions – réponses avec les étudiants en Master 1 souhaitant plus d’informations sur certaines options. Nous les aidons à choisir les cours les plus pertinents.

Quels cours recommandez-vous ?

Octave : J’avais beaucoup aimé le cours de Finance Internationale au premier semestre. Le chapitre d’introduction à la finance avait une approche moins quantitative que les autres cours. Le professeur était également très pédagogue.

Damien : Le cours de Décision Financière à Long Terme m’a beaucoup plu. Le professeur est très concret. On va travailler sur Excel, c’est professionnalisant. On s’éloigne du cadre académique que l’on retrouve chez certains enseignants.

Pierre : J’ai trouvé que le cours de Finance de M. Laurent était très pointu. Il y avait une véritable réflexion derrière ce cours et il nous donne assez de détails pour pouvoir creuser de notre côté. C’était plaisant.

Comment trouvez-vous le rythme des cours ?

Pierre : J’ai trouvé que le rythme était quand même soutenu. Il y a pas mal de travaux de groupe, surtout en Master 2. Même si le rythme est intense, on a le temps d’avoir des activités en dehors.

Damien : L’emploi du temps est plutôt bien fait car les examens ont lieu début janvier alors que la recherche de stage pour juillet commence plutôt aux alentours de fin janvier. Cela laisse du temps à consacrer à la recherche de stage.

Conseillez-vous de faire une année de césure ?

Pierre : Elle n’est pas obligatoire mais nous vous conseillons fortement d’en faire une. L’énorme majorité des étudiants en deuxième année sortent d’une année de césure.

Comment se déroulent les examens ?

Pierre : En première année les examens se déroulent de manière classique dans un amphithéâtre. Il y a plus de travaux de groupe une fois en deuxième année.

Comment sont les professeurs des Masters en finance de la Sorbonne ?        

Damien : Je dirai qu’il y a deux types d’enseignants. D’un côté, nous avons ceux issus du monde académique. De l’autre, nous avons des professionnels qui interviennent. La première année est beaucoup plus académique et théorique, tandis que la deuxième année est professionnalisante avec beaucoup d’intervenants externes à la Sorbonne.

Vous pouvez d’ailleurs trouver ici une interview du directeur de l’Ecole de Management de la Sorbonne, Philippe Raimbourg.

Merci pour vos témoignages !

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos

A propos

Le Petit Analyste

Bienvenue sur le site du Petit Analyste. Interviews de professionnels de la finance, présentations de formations ou encore conseils pour les Summer Internships, tout ce qu'il faut savoir pour réussir sa carrière en finance.

Les Réseaux Sociaux

×